ANALYSE. Au moment où s'ouvre la 27e Conférence des Parties des Nations-Unies sur le changement climatique à Charm-el-Cheikh, en Égypte, l'Agence internationale des énergies renouvelables appelle à rattraper immédiatement le retard pris dans l'installation de capacités ENR. Les spécialistes soulignent encore une fois l'"énorme potentiel inexploité" de ces différentes filières face au défi de la transition énergétique.


"À l'heure où nous avons désespérément besoin d'une mise en oeuvre rapide, j'appelle les dirigeants du monde entier à combler de toute urgence le déficit de déploiement des énergies renouvelables (ENR) en faveur de la résilience, de la sécurité énergétique et des économies inclusives." Ces propos sont signés Francesco La Camera, directeur général de l'Agence internationale des énergies renouvelables (Irena), qui vient de publier son dernier rapport à l'occasion de l'ouverture de la COP27.

 

 

50% de l'énergie consommée en 2050 proviendront de l'électricité

 

143 pays ont aujourd'hui des objectifs quantifiés de développement de leurs capacités d'ENR, dont une majorité porte sur la filière électrique. Un niveau "collectif" d'ambition toutefois "insuffisant" d'après les spécialistes. Leurs perspectives estiment que
Il vous reste 79% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp