La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) vient d'appeler de nouveau le Gouvernement à ne pas généraliser l'application du compte pénibilité prévue au 1er juillet 2016. Elle demande ainsi avec la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), une "année blanche" pour expérimenter le dispositif.

En évoquant le compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P), les PME voient toujours rouge. Dans un communiqué commun, co-signé avec la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), publié le 29 février 2016, la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) réclame une année "blanche" d'expérimentation pour "s'apercevoir que le texte ne correspond plus tout simplement à la réalité des petites entreprises."

"Son caractère inapplicable pour la plupart des artisans."

L'organisme a de nouveau appelé le Gouvernement à ne pas généraliser l'application du compte pénibilité au 1er juillet 2016, comme c'est prévu dans la loi. Rappelons que ce dispositif prévoit une déclaration annuelle par les employeurs de l'exposition aux risques de chacun des salariés, permettant à ces derniers de cumuler des points leur donnant la possibilité, à terme, de bénéficier d'une formation, d'un temps partiel payé comme un temps plein, ou d'une retraite anticipée.

 

La CGPME dénonce dans le même communiqué l'effet négatif de cette réforme sur "la compétitivité des entreprises et son caractère inapplicable pour la plupart des artisans, des TPE et des PME."

actionclactionfp