Mauvaise nouvelle pour le bâtiment : la construction de logements neufs en France recule de 9,2% entre novembre 2013 et janvier 2014, pour s'établir à 85.062 unités. L'avenir s'annonce encore plus morose, en raison d'une chute de 18 % des permis de construire accordés pour les logements neufs sur la même période. Précisions.

Après une fin d'année 2013 particulièrement difficile, la construction de logements neufs démarre mal. L'objectif gouvernemental des 500.000 logements construits semble bien loin, et ce malgré la démarche de concertation "Objectifs 500.000", entreprise ces derniers mois par Cécile Duflot et les acteurs du logement et du bâtiment.

 

D'après les statistiques du ministère du Logement dévoilés, mardi 25 février 2014, les mises en chantier de logements neufs en France reculent de 9,2% sur un an, pour la période allant de novembre 2013 à janvier 2014, pour s'établir à 85.062 unités.

 

Dégringolade pour les mises en chantier de logements en résidence
Dans le détail, les mises en chantier de logements ordinaires ont diminué de 8,5%, soit 79.763 unités, de novembre 2013 à janvier 2014. De son côté, le segment des logements en résidence (seniors, étudiants...) chute de 19,1%, correspondant à 5.299 unités.
Pour toute l'année écoulée, le nombre de logements neufs mis en chantier s'élève à 331.303 unités, ce qui représente un léger recul de 2,4 % par rapport à il y a douze mois.

 

Toutes les régions touchées
Une déprime qui touche tout le territoire. Sur les douze derniers mois, les mises en chantier ont plongé dans 16 régions métropolitaines sur 22, soit -21,8 % en Alsace, -25% en Corse, ou encore -20,5% en Midi-Pyrénées.

 

Parmi les rares zones où la construction reste bien orientée, l'Aquitaine se détache nettement (+39%), tout comme l'Outremer, en hausse de 21,4%. L'Île-de-France, en déficit notoire de logements, parvient quant à elle tout juste à se stabiliser (-0,1%).

 


Un repli de 18 % des permis de construire pour les logements neufs
S'agissant des permis de construire accordés pour les logements neufs, qui impactent les futures mises en chantier, la dégringolade est bien plus brutale, avec un repli de 18 % de novembre 2013 à janvier 2014, à 93.716 unités.

 

Le décrochage est encore plus fort pour les permis de construire accordés aux logements ordinaires, qui régressent de 19,6% à 86.629 unités, alors que les logements en résidence ont, eux, progressé de 6,8%, s'élevant ainsi à 7.087 unités.

 

Toutes constructions neuves confondues, 29.833 permis ont été octroyés, présageant un déclin encore plus prononcé les prochains mois. Sur un an, leur nombre baisse de 15,2 % avec 420.452 permis octroyés entre février 2013 et janvier 2014, comparé à la même période un an plus tôt.

 

Maison individuelle : la conjoncture s'assombrit
Par ailleurs, la diminution des réservations à la vente de maisons individuelles se confirme aussi en fin d'année 2013 (-15,7 % par rapport à fin 2012). "Une conjoncture difficile qui place 2012 et 2013 comme des années historiquement basses pour la vente de maisons individuelles", observe le ministère du Logement. Autre fait observé : le prix de vente moyen des maisons neuves baisse légèrement entre 2012 et 2013 (-1,4%).

 

Les bureaux à la hausse
Toutefois, une bonne nouvelle concerne les logements de bureaux. De novembre dernier à fin janvier 2013, 1,6 million de m² de bureaux ont fait l'objet d'un permis de construire, soit une hausse de 37,3 % par rapport aux trois mois précédents, mais une baisse de 11 % par rapport à la même période un an plus tôt.

 

Du côté des mises en chantier, elles progressent : les surfaces dédiées aux services publics ou collectifs (+4,8 % à 1,6 million de m²), ainsi que les exploitations agricoles ou forestières (+ 37,5 % à 1,5 million de m²). Si l'on compare avec la même période un an plus tôt, les mises en chantiers affichent une baisse pour les surfaces industrielles (-2 %) et le commerce (-2,2 %).

actionclactionfp