Le distributeur de produits de bricolage français Bricorama a proposé à son concurrent, Mr.Bricolage, une fusion afin de "créer un acteur de tout premier plan". Une offre opportuniste qui intervient au lendemain de l'annonce d'une nouvelle gouvernance et de résultats en baisse pour Mr.Bricolage. Mais ce dernier a repoussé cette idée d'union.

C'est l'histoire d'un mariage qui n'aura peut-être jamais lieu. Bricorama a proposé une union de raison à Mr.Bricolage, afin de "créer un acteur de toute premier plan sur le marché du bricolage". La première enseigne a même offert un montant de 156 millions d'euros environs, soit une offre de 15 euros par action aux détenteurs, le groupe ANPF et la famille Tabur. Une proposition qui s'aligne sur celle de Kingfisher (groupe britannique détenteur de Castorama et Brico Dépôt) en termes de prix par titre, mais qui est nettement inférieure en termes de valorisation de l'enseigne, puisque l'entreprise britannique était prête à débourser 275 M€ (dette incluse).

 

Tout de go, la direction de Mr.Bricolage a fait savoir dans un communiqué que "le conseil d'administration de l'ANPF (…) informé de l'offre indicative de Bricorama, a souhaité l'inscrire dans une réflexion plus large à mener sur sa nouvelle stratégie et de ne pas y donner suite". L'enseigne précise également qu'"il n'y a jamais eu de négociations avec sa nouvelle direction" et "confirme qu'il n'y a pas aujourd'hui de discussions en cours".

 

Mr.Bricolage, ce phobique de l'engagement

 

De son côté, Bricorama estime que "son projet peut être réalisé dans des conditions qui sont créatrices de valeur pour ses actionnaires, tout en lui permettant de maintenir une flexibilité financière suffisante pour mener à bien l'intégration de Mr.Bricolage". L'enseigne, sous la férule de Jean-Claude Bourrelier, dit rechercher "un dialogue constructif (…) confirmant la force stratégique et industrielle de ce projet". Elle affirme vouloir "poursuivre le développement du réseau de magasins sous les deux enseignes". Bricorama a acquis, par le passé, la société Gnuva qui rassemblait neuf magasins ex-franchisés Mr.Bricolage.

 

En tout, Mr.Bricolage compte 791 points de vente en France, plus 72 à l'étranger, mais le groupe a enregistré une forte baisse de son bénéfice net au premier semestre de l'année (-64,8 %). Bricorama a, pour sa part, vu son bénéfice augmenter en 2014 (+9,2 %) et ce malgré une contraction de son chiffre d'affaires (-2,5 %) à 675 M€.

actionclactionfp