ENVIRONNEMENT. A compter du 23 avril prochain, les bois traités à la créosote, une substance biocide classée cancérogène, ne pourront plus être mis sur le marché. Une dérogation est accordée pour les traverses de chemin de fer et quelques autres cas particuliers.

Les bois traités à la créosote vont, peu à peu, disparaître de notre environnement. En avril 2018, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a décidé de restreindre leur usage aux seules traverses ferroviaires. Ce vendredi 11 janvier 2019, un arrêté est donc paru au Journal Officiel interdisant leur mise sur le marché, à compter de la fin du mois d'avril 2019. Ils seront encore utilisés pour les traverses de chemin de fer et pourront continuer à être utilisés jusqu'au 23 octobre 2019, voire fin avril 2022, dans certains cas pour les poteaux électriques et de télécommunication.

 

La créosote est un produit issu de la distillation du charbon qui est utilisé "en milieu industriel" pour traiter le bois de façon préventive à la fois contre les champignons et les insectes. Mais la substance, classée cancérogène génotoxique et reprotoxique, présente des risques pour la santé humaine et pour l'environnement. La Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR), qui rassemble plus de 850 collectivités et territoires (communes, interco, métropoles, syndicats d'énergie, régions…) annonce être engagée dans une politique de gestion et d'élimination des poteaux et traverses traités. Car les propriétaires de réseaux basse et moyenne tension, qui assurent des travaux de renforcement et d'enterrement de ces réseaux électriques, déposent de nombreux supports en bois. Par le biais d'une charte d'engagement volontaire, lancée au mois de décembre 2018, les territoires prévoient de ne plus céder les poteaux ainsi récupérés et de ne plus importer, ni acquérir des bois traités à compter du 24 octobre 2019. Les poteaux en fin de vie seront orientés vers des installations de traitement thermique avec valorisation énergétique.

 

Outre les traverses et poteaux, le bois traité à la créosote peut être retrouvé dans d'autres usages, désormais interdits : clôtures agricoles et routières et installations maritimes ou fluviaux de renforcement des berges. L'Anses estimait, dans son avis de 2018, que seule l'application ferroviaire était encore compatible avec une utilisation conforme aux normes sanitaires, puisque les conditions d'emploi sont très encadrées (manipulation dans des lieux ventilés par des personnels formés et porteurs d'équipements de protection) et que l'exposition pour la population générale est très limité (la déambulation sur les voies étant interdite).

actionclactionfp