CONJONCTURE. En 2019, la capacité de production de biométhane en France a augmenté de 63 % en un an, pour s'élever à 2,2 TWh/an. Au total, 123 installations ont injecté du biométhane dans les réseaux de gaz naturel. Une progression qui devrait continuer, car plus de 1.000 projets sont en file d'attente.

L'année 2019 fut prolifique pour le biométhane. Sur un an, les chiffres du ministère de la Transition écologique montrent qu'une capacité de 829 Gwh/an a été installée, soit une hausse de +63 % du total de production, qui s'élève désormais à 2,2 TWh/an. En parallèle, 47 nouvelles installations ont vu le jour l'année dernière. Au 31 décembre 2019, le parc raccordé se constituait de 123 installations.

 

Dans le détail, la majorité du parc est constituée de petites installations d'une puissance inférieure à 15 Gwh/an. Cependant, elles ne représentent que 43 % de la capacité totale installée. Autre aspect, 80 % d'entre elles sont des unités de méthanisation.

 

Un avenir prometteur pour la filière

 

Tous les voyants sont au vert donc, et devraient le rester. En effet, le nombre de projets inscrits en file d'attente s'élève à 1.085, pour une capacité de production de biométhane estimée à 24 TWh/an. Des chiffres en nette hausse par rapport à ceux du 31 décembre 2018, où 661 projets étaient en attente, pour un peu moins de 14 TWh/an de capacité de production.

 

D'un point de vue géographique, quatre régions, Hauts-de-France, Grand Est, Bretagne et Île-de-France concentrent plus de la moitié des capacités installées (51 %) et des injections de l'année 2019 (55 %). Concernant les projets en file d'attente, le Grand Est est en tête avec 169 inscrits et une capacité de 4,2 TWh/an.

 

actionclactionfp