INTERVIEW. Spécialisé dans la rénovation en sites occupés, Acorus, vient d'acquérir quatre entreprises pour compléter son offre globale sur le territoire. Son président, Philippe Benquet, revient pour nous sur l'objectif de ces opérations et les ambitions du groupe.


Depuis 20 ans, Acorus entretient, rénove et réhabilite des bâtiments. Fin décembre, elle a racheté quatre entreprises dont deux à Orléans, Metz, spécialiste du ravalement des copropriétés et des particuliers, Cloisol, reconnu dans l'aménagement des cloisons amovibles dans le tertiaire et l'industrie. A cela s'ajoutent Les Menuiseries rennaises dédiées à l'installation des menuiseries extérieures et Moncelec, basée à Bezons (95) qui s'illustre en génie électrique dans le secteur tertiaire avec une spécialité dans les contrats de performance énergétique.

 

Ces acquisitions ciblées permettent d'introduire des métiers nouveaux à l'offre globale d'Acorus. En 2023, le groupe affiche des fortes ambitions et espère atteindre près de 300 millions d'euros de chiffre d'affaires. Il prévoit aussi de recruter 1.000 techniciens (plombiers, chauffagistes, électriciens, peintres…) qui viendront épauler les 1.600 agents en place. Son président, Philippe Benquet, nous dévoile les grandes lignes stratégiques ainsi que les futurs développements de l'entreprise.

 

Batiactu : Vous venez de faire l'acquisition de 4 sociétés sur le marché de l'éco-rénovation, vous poursuivez donc votre développement sur le territoire français. Quelle a été votre approche stratégique pour ces rachats ?
Philippe Benquet :
Nous avons
Il vous reste 76% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp