RENDEZ-VOUS.A Ouville, dans la Manche, une maison abandonnée datant du 18e a été rénovée pour devenir une propriété hôtelière de luxe. Zoom sur les travaux de restauration dont l'objectif était de respecter l'histoire du lieu et les traditions de la région. Christophe Bouley-Cadierno, propriétaire du Clos l'Abbé, nous explique les différents chantiers menés.

"Nous avions la volonté de rénover à l'identique", explique Christophe Bouley-Cadierno, propriétaire du Clos l'Abbé, unique demeure hôtelière cinq étoiles de la Manche. A Ouville, au sud-ouest de Saint-Lô, une bâtisse en pierre datant du 18e siècle, abandonnée par son ancien propriétaire, a été le théâtre d'une opération de restauration pendant un an et demi. Afin de respecter le plus possible le patrimoine du lieu, les travaux ont été menés par 23 artisans locaux avec les produits d'origine, notamment la pierre d'Ouville sur les murs ou la tomette au sol.

 

Découvrez le lieu en images dans les pages suivantes

actionclactionfp

Conserver l'aspect historique du lieu

Clos l'Abbé avant travaux
Clos l'Abbé avant travaux © Clos l'Abbé
La façade extérieure de la maison ainsi que son toit ont été rénovés. Par manque d'entretien, le grand tilleul qui borde la bâtisse avait abîmé le toit. Pour sa réparation, de l'ardoise d'Angers a été utilisée en complément des matériaux d'origine. De plus, tous les joints ont été refaits, ainsi que les fenêtres et certains murs, qui étaient rongés par l'humidité. "L'ancien propriétaire avait entamé des travaux de rénovation, ce qui a nous fait gagner du temps", explique le maître des lieux. En plus de l'isolation thermique et acoustique, l'électricité et la plomberie ont été remises à neuf.

Une maison autonome grâce à la géothermie ?

Clos l'Abbé
Clos l'Abbé © Clos l'Abbé
L'intégralité de l'approvisionnement en énergies a été repensée pour permettre à la maison de se fournir en chauffage et en eau chaude. Trois forages géothermiques ont été creusés à 90 m. Autre point, le réaménagement électrique qui couvre l'ensemble du domaine met l'accent sur les économies d'énergies, affirme le propriétaire. Toutes les lumières ont été changés, ce sont désormais des LED qui éclairent les lieux.

La conservation d'éléments emblématiques du patrimoine local

Clos l'Abbé avant travaux
Clos l'Abbé avant travaux © Clos l'Abbé
La volonté de conserver le plus d'éléments d'origine se ressent également à l'intérieur. La tomette a été conservée au sol dans l'ensemble de la maison, à l'exception des salles d'eau. Tout comme une charpente dans l'une des deux suites qui a pu être préservée. Autre outil maintenu lors de la rénovation, les radiateurs en fonte ont été conservés et viennent habiller les différentes pièces du bâtiment.

Un extérieur refait à neuf

Terrasse du Clos l'Abbé
Terrasse du Clos l'Abbé © Clos l'Abbé
L'extérieur avait également été laissé à l'abandon. Pour permettre aux locataires de profiter pleinement du terrain d'un hectare, une terrasse de 300 m² a été construite autour la bâtisse. Autres travaux réalisés, le puits qui jouxtait l'habitation a été réhabilité. De plus, une petite cascade en réseau fermé a été aménagée.

 

Concernant le parc, il est désormais accessible pour des promenades et totalement éclairé.

 

Des chambres au goût de luxe

Clos l'Abbé
Clos l'Abbé © Clos l'Abbé
Le Clos l'Abbé dispose de quatre chambres, deux suites de 40 à 50 m² et deux chambres doubles de 19 à 24 m². Les salles de bains ont été retravaillées dans un style à l'italienne, avec notamment du carrelage et des douches sans receveur dans chacune d'entre elles. Seules les suites sont équipées en plus d'une baignoire.

Des parties communes chaleureuses

Clos l'Abbé
Clos l'Abbé © Clos l'Abbé
La maison dispose de deux salons intérieurs ainsi que de deux cheminées. L'une d'entre elles a été rénovée en pierre d'Ouville comme elle l'était à l'origine. La seconde a été réalisée en acier corten. "Nous avons rénové l'escalier très large, construit par un Maître Compagnon, qui mène vers les deux chambres doubles et l'une des deux suites", précise le maître des lieux.

Le chantier marqué par le manque de matériau d'époque

Clos l'Abbé avant travaux
Clos l'Abbé avant travaux © Clos l'Abbé
"Nous n'avons pas spécialement rencontré de contraintes durant le chantier", indique le propriétaire. Le site n'étant pas classé monument historique, il n'y a pas eu de standards à respecter. Cependant, la volonté de reproduire à l'identique la bâtisse du 18e siècle a posé un problème au niveau des matériaux, qui ont été compliqués à trouver, notamment la pierre d'Ouville.

De futurs travaux dans les plans ?

Clos l'Abbé
Clos l'Abbé © Clos l'Abbé
Le Clos l'Abbé a ouvert ses portes il y a bientôt un an. "Pour l'instant nous louons l'espace intégral uniquement, mais on pense à aménager pour pouvoir proposer la location d'une seule chambre", explique Christophe Bouley-Cadierno. Dans ce but, une deuxième maison est en cours de restauration pour intégrer le domaine. La direction réfléchit également à la construction d'un troisième bâtiment qui accueillerait des espaces d'eau, comme une piscine ou des saunas.