INTERVIEW. A l'occasion du Congrès des architectes, le président de l'Unsfa a fait le point sur les difficultés qui impactent les agences. En cause : la crise des matériaux et de l'énergie, mais aussi la baisse - structurelle, selon lui - de la commande publique.


A l'occasion d'un congrès de l'Unsfa, le 52ème, aux "objectifs de fréquentation remplis", le 20 octobre 2022, au Havre, Jean-Michel Woulkoff, le président du principal syndicat professionnel des architectes a dressé, pour Batiactu, les perspectives des agences dans la crise des matériaux qui percute le secteur, avec une année 2023 qui pourrait voir un "effet de ciseaux" s'abattre sur la maîtrise d'œuvre. D'un point de vue plus structurel, le syndicat demande que la formation des architectes soit renforcée, en musclant notamment la HMONP (habilitation à la maîtrise d'œuvre en son nom propre).

 

 

Batiactu : Dans quelle situation se trouvent les agences, fin 2022 ?

 

Jean-Michel Woulkoff : Avec des prix des matériaux qui ont augmenté de 40% sur un an, la question, pour 2023, c'est "quelle architecture, quelle maîtrise d'ouvrage face à l'inflation ?". Sur les opérations lancées, les options consistent soit à abandonner les projets, soit à dégrader la qualité de l'opération en renonçant à certains éléments, soit à consulter pour trouver l'entreprise la moins chère, c'est-à-dire la course au moins-disant.
Il vous reste 64% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp