RENOUVELABLES. Au moment où le Gouvernement réfléchit au futur plan de relance de l'économie française, les questions de transition écologique et de souveraineté énergétique font office de serpents de mer dans les débats. Le bois-énergie peut avoir un rôle à jouer dans ce contexte, mais sur quels atouts peut-il réellement se baser ? Éléments de réponses.


Depuis le confinement sanitaire décidé par les pouvoirs publics à la mi-mars pour tenter de juguler la pandémie de coronavirus, les questions de transition écologique et de souveraineté énergétique occupent une place prédominante dans les débats, la crise du Covid-19 nous ayant effectivement montré les limites - voire les risques - de notre système actuel de production et de consommation d'énergie. A l'heure où un grand nombre de responsables politiques, d'acteurs économiques et de citoyens appellent à franchir un cap dans le développement durable, et quelques mois avant que le Gouvernement ne présente son plan de relance de l'économie française, les énergies renouvelables semblent avoir le vent en poupe. Parmi elles, il en est une dont le rôle pourrait être accru dans ce contexte : le bois-énergie. A l'occasion d'un webinaire consacré à ce sujet, la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) ainsi que le Syndicat des énergies renouvelables (SER) ont présenté les caractéristiques de ce matériau qui, s'il n'est pas parfait, peut tout de même mettre en avant plusieurs atouts.

 

Le bois-énergie, indispensable à l'équilibre économique de la filière

 

D'après les spécialistes, le bois-énergie est essentiellement un co-produit de la gestion forestière, considéré comme strictement indispensable à l'équilibre économique de toute la filière. Si on ne plante pas de bois pour ensuite en faire du bois-énergie, tout simplement car cela ne présente aucune rentabilité sur le plan économique, les produits sylvestres arrivés en fin de vie possèdent en revanche un excellent taux de recyclage qui leur ouvre cette porte : récupérés puis traités en fonction de leur degré de pollution, ces matériaux peuvent ensuite être valorisés en bois-énergie. Sur le plan économique comme sur le plan écologique, le secteur a donc besoin du bois-énergie pour amortir l'ensemble de ces débouchés.
Il vous reste 52% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles Batiactu+
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp