COLLECTIVITÉS. Alors que la transition écologique (et énergétique) s'impose de plus en plus dans les débats, l'Ademe a présenté le bilan du Fonds chaleur pour l'année 2019. L'intégralité de son budget a été engagé et plus de 80% de la production renouvelable issue des installations qu'il a financées ont transité par un réseau de chaleur.


Le bilan 2019 du Fonds chaleur présenté par l'Ademe (Agence de la transition écologique) montre un dispositif qui semble porter ses fruits, même s'il faut garder à l'esprit que l'analyse du suivi des fonds se fait à l'échelle régionale et que les projets s'inscrivent dans un encadrement commun. L'enveloppe du programme, dotée de 295 millions d'euros, a donc été entièrement engagée sur l'exercice 2019, et la production de la majorité des mégawatts-heure d'origine renouvelable a transité par 94 réseaux de chaleur, selon les chiffres récupérés puis analysés par la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR).

 

Les réseaux de chaleur représentent 37% du total des aides, les réseaux de froid 5%

 

Bien que la biomasse constitue l'énergie la plus soutenue (40% des fonds, soit 121 sites), le biogaz enregistre une forte progression (30%), tandis que les Unités d'incinération d'ordures ménagères (UIOM) et la géothermie représentent respectivement 10% et 7% (79 installations). Cette dernière atteint le même niveau que la chaleur fatale, "avec une belle hausse pour la récupération de chaleur sur process", note la fédération. Le solaire bénéficie en revanche d'une faible quantité d'aides même si sa production de 2019 a dépassé celle de 2018, notamment grâce à l'appel à projets "Grandes installations".
Il vous reste 65% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp