Agir en prévention améliore le plus souvent la performance économique et la performance globale des entreprises du bâtiment, en clair : pour 100 euros engagés dans une action de prévention, l'entreprise du bâtiment peut retirer 220 euros de gain, soit un excédant de 120 euros. Explications de Joël Poix, chef de projet "Dimension économique de la Prévention", à l'OPPBTP.

La prévention des risques au travail représente un coût, notamment en période de conjoncture difficile économique. "La crise étant durable, il est effectivement difficile de convaincre les entreprises qui sont plus à la recherche de chiffres d'affaires que de la réalité du terrain, nous explique Joël Poix, chef de projet Dimension économique de la Prévention, à l'OPPBTP. Et nombre d'entreprises dans le secteur du bâtiment n'évaluent pas l'impact réel de cet investissement en termes économiques."

La prévention n'est pas opposée à la rentabilité

Si la prévention est perçue, d'après lui, comme opposée à la rentabilité, elle reste fragile dans le secteur du bâtiment où la contrainte est incontournable. D'autant plus que les arguments traditionnellement mis en avant au bénéfice de la prévention sont presque exclusivement axés sur les coûts, comme les coûts évités sur les accidents potentiels et les coûts réduits, sur l'absentéisme, par exemple. Ces arguments ne sont pas sans intérêt, considère l'OPPBTP, qu'il s'agisse de la baisse des cotisations AT/MP (accident du travail, maladie professionnelle) ou d'actions visant à diminuer le nombre de salariés du BTP en arrêt de travail, estimé en moyenne à plus de 35.000 par jour. "Mais cette approche d'évitement du coût ne suffit pas à engager toutes les entreprises en prévention", ajoute l'organisme.

 

C'est pourquoi l'OPPBTP a jugé important d'étudier aussi les facteurs économiques positifs des actions de prévention, d'analyser le lien entre prévention et performance économique de l'entreprise et enfin d'actualiser son étude de 2010 avec la publication de 80 nouveaux cas. "En 2013, nous avons justement formé à la méthodologie 24 conseillers dans les 17 agences de l'OBBPTP dans le but de mesurer l'impact", précise Joël Poix.

 

Finalement, l'étude menée par l'organisme de prévention* porte à l'heure actuelle sur 66 entreprises, couvrant 90 % des métiers du secteur, pour lesquelles 170 actions de prévention ont été épluchées en détail. Ce document de l'OPPBTP révèle ainsi un rendement global de 2,20, ce qui signifie très concrètement que pour 100 euros engagés dans une action de prévention, l'entreprise retire 220 euros de gains, soit un excédant de 120 euros. Et Joël Poix de compléter : "Ce résultat est d'autant plus probant dans les TPE (entreprises de moins de 10 salariés) où le rendement global est supérieur à 3."

 

En effet, d'après les autres résultats consolidés (2014) de l'étude, les PME et TPE sont celles qui ont les "meilleurs rendements", avec un "retour sur investissement très rapide à un an et demi en moyenne pour un investissement d'environ 5.000 euros."

Vers quels gains ?

Parmi les gains observés, l'organisme rappelle tout d'abord, qu'en matière de productivité le travail en sécurité s'accompagne d'une plus grande efficacité des temps passés et compte 70 % de gains observés. Autre observation : Une utilisation plus maîtrisée des achats permet d'enregistrer des gains à hauteur de 11 %. "Enfin, 80 % des actions sont en liaison avec des gains liés à l'activité, même si ces derniers n'ont pas pu être chiffrés, complète l'étude. Enfin, 11% des gains proviennent de la marge obtenue sur un développement du chiffre d'affaires lié à des activités connexes."

 

Finalement, ces résultats ont l'avantage d'avoir permis aux entreprises de réorienter leurs gains vers "le recrutement, l'investissement ou dans le but de maintenir leur marge et leur compétitivité face à l'augmentation générale des coûts", indique Joël Poix, qui garantit que ces chiffres démontrent qu'agir en prévention améliore le plus souvent la performance économique et la performance globale des entreprises.

 

Découvrez la suite de l'article dès la page 2 dédiée aux exemples coût et rendement.

 

* Chaque cas a été caractérisé selon l'entreprise (taille, métier…), le type d'action engagée (organisation, matériel, humain), le risque concerné. Un bilan économique par action a été établi, sur la base d'une analyse avant/après de tous les postes impactés par l'action. De même, un bilan prévention met en évidence et caractérise les résultats obtenus en matière de prévention (risque éliminé ou réduit).

 

actionclactionfp