Essor des renouvelables, déclin du charbon, boom des obligations vertes… Le WWF recense de nombreux signes d'une transition énergétique en cours, qualifiée "d'irréversible". Toutefois, l'effort devrait encore être intensifié afin de pouvoir maintenir le réchauffement climatique global sous la barre fatidique des 2 °C, au-delà de laquelle l'emballement deviendrait incontrôlable.

Le monde bascule vers une économie et un modèle de développement plus verts. C'est le constat du World Wide Fund for nature (WWF) qui a décelé une quinzaine de signaux indiquant que la transition énergétique était effectivement en cours. Premier indice : la stabilisation des émissions de CO2 malgré une croissance économique globale de +3 %. Le WWF note : "Les premières données de l'Agence Internationale de l'Energie sur les émissions mondiales de CO2 liées à l'énergie en 2016 montrent que ces émissions se sont maintenues à 32,1 Mrds de tonnes en 2015 (…) Le lien entre la croissance économique mondiale, qui s'est, elle, poursuivie, et les émissions liées à l'énergie est vraisemblablement en train de s'affaiblir". Les explications avancées : l'amélioration de l'efficacité énergétique, le développement des renouvelables et la baisse des consommations de charbon.

 

Les renouvelables remplacent, peu à peu, les fossiles

 

Ainsi, en 2015, les énergies renouvelables, éolien en tête, ont représenté 90 % des nouvelles capacités de production (contre 50 % en 2014). "Le point de bascule observé dans le déploiement des renouvelables autour de la COP21 doit être amplifié, particulièrement en remplaçant par des renouvelables les centrales à énergie fossile vieillissantes", souligne l'association écologiste. Les investissements dans les EnR ont battu un nouveau record l'an passé, avec près de 256 Mrds €, plus que le double du montant alloué aux nouvelles capacités de gaz ou de charbon. Cette industrie semble d'ailleurs en déclin, avec la baisse de la demande chinoise qui représente, à elle seule, la moitié de la consommation mondiale. WWF analyse : "Parallèlement au ralentissement de la croissance économique et aux efforts du gouvernement chinois pour assurer la restructuration de ses industries, la consommation de charbon de la Chine a chuté de -3,7 % en 2015, diminuant pour la 2e année consécutive". La production locale connaît donc une décroissance vertigineuse (-9,7 % au premier semestre 2016) tout comme celle des autres grands pays (Etats-Unis, Australie). Le secteur charbonnier américain a, par exemple, perdu près de 27 Mrds € de valeur boursière depuis 2010.

 

A l'inverse, le niveau des emplois dans les renouvelables n'a jamais été aussi haut : en 2015, 8,1 millions de personnes travaillaient dans ce secteur dans le monde, dont 3,5 millions en Chine et 1,17 million en Europe. Le Brésil, à lui seul, possède 918.000 salariés dans les EnR et devance les Etats-Unis qui culminent à 769.000 postes. Inde et Japon disposent d'environ 400.000 emplois chacun. Corollaire, les énergies durables couvrent de plus en plus les besoins en électricité des populations. En 2015, elles ont représenté 48 % du mix électrique au Portugal et 31,6 % de la consommation domestique en Allemagne. Une proportion qui va mécaniquement augmenter : ce 8 mai 2016, les EnR ont fourni 87,6 % de la demande électrique outre-Rhin, pendant que le Portugal fonctionnait à 100 % à l'éolien, au solaire et à l'hydroélectricité sur quatre jours consécutifs (du samedi 7 au mercredi 11 mai). La diminution des coûts d'exploitation des renouvelables participe fortement à cet essor. WWF rapporte que le fonctionnement du solaire ne représente plus que 20 % de ce qu'il était en 2009 et que cette baisse devrait se poursuivre encore avec une diminution du prix de revient de presque 60 % dans les 10 ans à venir, "faisant du photovoltaïque le mode de génération de l'électricité le moins coûteux qui soit".

 

Implication de tous les acteurs

 

Le rapport note également l'explosion des obligations vertes : elles étaient presque nulles en 2007 et dépassent aujourd'hui les 100 Mrds €, portées par la Banque de Développement. En décembre 2015, la Chine a emboîté le pas en publiant un "Green Financial Bonds Bulletin" définissant le standard des obligations vertes dans le pays. En seulement trois mois, plus de 7,3 Mrds € ont ainsi été émis, "ce qui représente la moitié des nouvelles obligations émises dans le monde". La France devrait, elle aussi, suivre cette tendance puisque Ségolène Royal et Michel Sapin ont annoncé que des obligations souveraines vertes seraient lancées en 2017 pour une valeur de plusieurs milliards d'euros. Du côté des grandes entreprises, plus de 170 d'entre elles se sont engagées à réduire leurs consommations énergétiques selon l'initiative "Science-based targets", pilotée par le WWF et l'ONU. Les villes relèvent également le défi, avec plus de 700 maires qui se sont engagés, lors de la COP21, à renforcer leurs efforts environnementaux en réduisant, d'ici à 2030, les émissions de 3,7 gigatonnes de CO2 par an.

 

Le directeur général de WWF Chine, Lo Sze Ping, conclut : "Ces signaux sont importants et doivent être intégrés par nos dirigeants et par le plus grand nombre. Ils démontrent un réel élan, devant être encore accéléré pour avoir une chance de limiter la hausse des températures bien en dessous du seuil dangereux de 2 °C". Son homologue français, Pascal Canfin, précise : "Si nous ne sommes pas du tout sur la trajectoire de ces 2 °C actuellement, nous voyons le chemin qui peut y mener". La transition, si elle est bien enclenchée, doit donc s'accélérer.
actionclactionfp