JUSTICE. Dans la foulée de la décision du tribunal administratif d'annuler le choix du jury de Réinventer Paris sur le projet "Etoile Voltaire" situé dans le 11ème arrondissement de Paris, la mairie de Paris explique à Batiactu pourquoi elle envisage de riposter dans les prochains jours.

Dévoilé en grande pompe, à l'occasion du lancement "Réinventer Paris", le 3 février 2016, par la maire de la capitale, le projet lauréat de l'Est parisien, "Etoile Voltaire", aurait-il pris du plomb dans l'aile ?

 

Alors que les équipes du groupement* travaillent d'arrache-pied depuis la désignation du jury le 3 février 2016 pour livrer le programme de réaménagement de la sous-station Voltaire en 2019, le tribunal administratif de Paris en a décidé autrement, le 14 juin 2017. en effet, la façade du bâtiment fait l'objet d'une protection ville de Paris. Façade qui, selon, l'association, serait impactée par le projet.

 

"La Ville n'a pas respecté la procédure qu'elle s'était elle-même fixée pour l'attribution du dossier", plaide la défense de l'association "le 14, avenue Parmentier". D'après leur plaidoirie "le jury international qui devait choisir le projet final n'avait rien d'international."

 

La ville de Paris prête à déposer "incessamment sous peu" une demande de sursis à exécution

 

Une position à ce jour, 19 juillet 2017, toujours "incompréhensible" pour les équipes de l'adjoint au maire chargé de l'Urbanisme, Jean-Louis Missika. "Nos équipes restent encore abasourdies de l'annonce de la décision du tribunal administratif, nous confie l'entourage de l'élu parisien. Sans aucun doute, la direction des services juridiques de la Ville estime qu'il y a une erreur d'analyse et envisage de réagir très vite dans les prochains jours." Condamnée à payer 5.000 euros à l'association de riverains, la ville de Paris serait d'ores-et-déjà prête à déposer "incessamment sous peu" une demande de sursis à exécution.

 

Avant de bien rappeler que "la juridiction a étudié le règlement de l'appel à projets, sans prendre en compte les avenants qui ont pourtant été déposés en temps et en heure." De plus, l'organisateur de l'appel à projets rappelle bien qu'un additif au règlement avait été intégré le 26 février 2015, au sujet de la composition du jury international, c'est-à-dire bien amont du lancement du concours, poursuit-il.

 

Quant au sujet épineux de la surélévation à Paris, "Jean-Louis Missika le répète, il s'agit de quelque chose qui est amovible sur le toit du bâtiment. Lorsqu'au TA de Paris, ils parlent de surélévation, ils font semblant de confondre une installation pérenne et une installation amovible." Sur ce sujet, la ville de Paris serait prête à en discuter avec l'association de riverains.

 

D'après la même source proche du dossier à la mairie de Paris, "cette première bagarre juridique sur l'appel à projet Réinventer Paris est indispensable pour que le programme 'Etoile Voltaire' dans le 11ème arrondissement puisse avancer."

 

La mairie de Paris confiante pour le déroulement des 21 autres appels à projets
Selon la mairie, également, "en aucun cas, cette décision, ne remet nullement en cause les 21 autres projets (Ndlr : 23 à l'origine) validés dans le cadre de Réinventer Paris." Sauf effectivement si des opposants à l'un d'eux décidaient à leur tour de remettre en cause la procédure... Une chose est sure : cette première décision de justice provoque des "premières inquiétudes" chez les porteurs de projets -architectes, aménageurs-promoteurs- conscients que des recours pourraient être déposés dans les prochains mois.

 


*Le groupement d'Etoile Voltaire est composé par les équipes suivantes : Olivier Palatre Architectes / Atelier Roberta / Société des Réalisateurs de Films / Voltaire et Compagnie / La Bellevilloise / Franck Boutté Consultants / T/E/S/S / Peutz / Casso&Associés / Atelier Roberta / Demathieu&Bard.

 

Lire ici le règlement de "Réinventer Paris".
actionclactionfp