Les Américains doivent toujours faire mieux : après la piste cyclable solaire néerlandaise et la route solaire française, ils surenchérissent avec une chaussée solaire, lumineuse et interactive ! Et le lieu d'expérimentation est lui aussi typiquement américain : la US Route 66, qui devrait recevoir ses premières dalles photovoltaïques dans le Missouri.

La Route 66 est entrée dans la légende : décrite par Steinbeck, aperçue dans Easy Rider ou Badgad Cafe, chantée par Chuck Berry, elle fait partie de la culture populaire. Aujourd'hui, elle a été choisie pour devenir la première route solaire des Etats-Unis. De façon assez modeste pour commencer : elle accueillera les premières tuiles Solar Roadways sur une aire de repos, située à Conway (Missouri). Développée par Scott et Julie Brusaw, la solution s'avère être plus polyvalente que les premières chaussées photovoltaïques déployées jusqu'ici, aux Pays-Bas (piste cyclable en béton SolaRoad à Amsterdam) ou en France (panneaux surimposables WattWay de Colas).

 

Solar Roadways
Les dalles hexagonales, qui renferment les cellules photovoltaïques et des LEDs qui s'éclairent à volonté © Solar Roadways

 

Les dalles translucides SR3, de forme hexagonale, renferment des capteurs solaires, l'électronique et la connectique de pilotage, mais également des diodes électroluminescentes. Ces LEDs font toute la différence : au-delà de produire de l'énergie qui pourra être utilisée pour recharger des véhicules électriques ou alimenter des équipements annexes, le revêtement devient lui-même lumineux. Et parfaitement paramétrable. Il est ainsi possible de modifier les couleurs et l'intensité de l'éclairage du marquage au sol de la chaussée, notamment en cas d'incident ou de travaux. La route solaire, autonome énergétiquement, permet donc de se passer à la fois de bitume, de panneaux indicateurs et de réverbères. Avantage supplémentaire, en hiver, l'utilisation des ampoules LED intégrées peut faire fondre une couche de neige, et éviter ainsi le passage d'un chasse-neige puis un salage. Pas d'inquiétude sur la durabilité de l'ensemble, les plaques de verre trempé ont été testées : elles résistent à une charge de 113 tonnes, soit trois fois le poids maximal autorisé pour un semi-remorque.

 

Découvrez la suite de l'article en page 2
actionclactionfp