La société franco-italienne TELT (Tunnel Euralpin Lyon-Turin), chargée de réaliser la liaison ferroviaire entre les deux villes dévoilera ce mercredi 21 juin aux entreprises d'Auvergne-Rhône-Alpes, 81 marchés, lancés dans les deux prochaines années, pour un montant total de 5,5 milliards d'euros. Précisions.

Après le long marathon législatif du Lyon-Turin, terminé en janvier dernier pour la réalisation du tunnel de 57 kilomètres reliant Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie) et Suse (en Italie), place aux appels d'offres.

 

La société TELT (Tunnel Euralpin Lyon-Turin) chargée de réaliser la liaison ferroviaire Lyon-Turin dévoilera ce mercredi 21 juin 2017 à l'Hôtel de Région d'Auvergne-Rhône-Alpes, situé à Lyon, les 81 marchés, lancés dans les deux prochaines années, pour un montant total de 5,5 milliards d'euros.

 

"Ce futur tunnel transfrontalier, et dont le coût est estimé à 8,3 milliards d'euros entre dans sa phase de construction, et nous annoncerons à toutes les entreprises de la région le programme pour qu'elles puissent elles-mêmes ensuite y participer", avait indiqué Hubert du Mesnil, président de la société franco-italienne TELT (Tunnel Euralpin Lyon-Turin), dans un communiqué daté du 22 mai 2017.

 

81 appels d'offres sont répartis sur 12 chantiers

 

En détails, ces 81 appels d'offres sont répartis sur 12 chantiers : 9 pour les travaux divisés en zones géographiques (entre les connexions aux lignes historiques en France et en Italie) et trois pour les activités connexes (valorisation des matériaux d'excavation, sécurité, installations et équipements), nous a confié un porte-parole de TELT ce 20 juin 2017.

 

Plus précisément, 45 marchés concernent le génie civil divisé en quatre volets (jusqu'à 5 millions d'euros, entre 5 et 500 millions d'euros, entre 500 millions d'euros et 1,3 milliard d'euros) et 36 pour la maitrise d'œuvre.

 

"Au regard des statistiques qui ont été éditées lors des phases de reconnaissance à Saint-Martin-La-Porte et à Chiomonte, on estime que les travaux impliqueront, titulaires et sous-traitants compris, environ 20.000 entreprises de secteurs variés, pour les travaux les plus simples aux plus complexes", complète le maître d'ouvrage.

 

Le porte-parole d'ETLT nous préciser qu'"en ce moment, nous sommes en phase de sélection des offres pour deux chantiers, les travaux de base de la tranchée couverte à Saint-Julien-Mont-Denis (Savoie) et ceux de l'aménagement en pied de descenderie à Villarodin-Bourget Modane (Savoie). Les marchés sont en cours d'attribution pour un début des travaux pour le premier semestre 2018."

 

Son président Hubert du Mesnil, a également assuré, ce 16 juin 2017 à l'AFP que "le planning est maintenant tout à fait contrôlé", alors que la mise en service de cette ligne est prévue pour 2030, "même un peu avant, nous l'espérons, nous visons 2028". Il a indiqué que l'Etat français, pour financer sa part des travaux, étudie la possibilité de mettre en place une eurovignette, prélevée sur le trafic des poids lourds.

 

"L'Europe ouvre cette possibilité, la France a commencé à l'étudier, le gouvernement appréciera s'il faut ou pas utiliser cette ressource, de toute façon le financement sera garanti par l'Etat d'une manière ou d'une autre", a-t-il déclaré.

 

Pour rappel, le tunnelier "Federica" long de 135 mètres qui excave depuis cet été, la galerie de reconnaissance de 9 km de la nouvelle liaison ferroviaire avait été inauguré, jeudi 21 juillet 2016, par l'ex Premier ministre Manuel Valls, en présence du mandataire du groupement*. Près de 450 ouvriers sont mobilisés en période de pic sur ce chantier.

 

*Tunnel Euralpin Lyon Turin (TELT) et Spie batignolles. Un groupement composé de Spie Batignolles TPCI, Sotrabas, Eiffage TP, Ghella, CMC di Ravenna et Cogeis.
actionclactionfp