L'intérim dans le BTP a augmenté de 6,8 % en août 2016 par rapport à août 2015 après une hausse au mois de juillet, souligne le baromètre mensuel Prism'Emploi publié ce lundi. Précisions.

L'intérim dans le BTP poursuit bien son envolée depuis six mois. Le baromètre Prism'Emploi signale, lundi 26 septembre 2016, que dans le secteur du bâtiment et des travaux publics l'intérim a augmenté de 6,8 % en août 2016 par rapport à août 2015. Rappelons qu'une hausse avait été observée en juillet 2016 (7,1%) à partir d'une analyse des six premiers mois de l'année. Le bâtiment, comme les transports, se sont redressés plus tard que les autres secteurs.

 

Rappelons qu'en fin d'année 2015, seul le BTP faisait encore pâle figure, en enregistrant sur l'ensemble de l'année 2015 une nouvelle baisse de 6,4 %. Les professionnels du secteur l'expliquaient notamment par les baisses des dotations de l'État aux collectivités locales, par les élections municipales et par la forte concurrence des travailleurs détachés.

 

L'organisme Prism'Emploi souligne, par ailleurs, que l'emploi intérimaire se développe chez les ouvriers qualifiés (+9,0 %), les cadres et professions intermédiaires (+3,5 %). Il baisse en revanche chez les ouvriers non qualifiés (-0,5%) et chez les employés (-3,3%).

 

De nouveau des disparités entre régions

 

Les effectifs intérimaires augmentent fortement en Pays-de-la-Loire (+9,8 %) et en Île-de-France (+8,5 %). En revanche, ils reculent en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (-1,1 %) et en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (-3,6 %).

 

"Lorsque les entreprises se portent mieux, elles ont d'abord recours à l'intérim avant d'embaucher de façon plus durable, six mois à un an plus tard", s'accordent à dire les professionnels du recrutement et de l'intérim.

 

Des chiffres à interpréter avec prudence

 

Toutefois, "le mois d'août étant perturbé par les congés, les tendances doivent être interprétées avec prudence", rappelle Prism'Emploi. De ce point de vue, l'observation des données de septembre 2016 seront révélatrices de la dynamique de la rentrée, conclut l'organisme patronal du travail temporaire.

 

En revanche, la baisse du chômage ne se confirme pas : une très forte hausse en août (+50.200)

 

Une alerte très sérieuse pour le Gouvernement ? Après une baisse notable en juillet 2016, les chiffres du chômage sont repartis à la hausse durant le mois d'août, a annoncé la ministre du Travail ce lundi 26 septembre, dans les locaux de l'Agence pour les cadres (APEC), du 14ème arrondissement de Paris. D'après les statistiques de Pôle Emploi, 50.200 nouveaux demandeurs d'emploi sont venus augmenter les rangs, soit une augmentation de 1,4 % par rapport à juillet. C'est, en valeur absolue, la plus forte depuis trois ans, la troisième plus importante depuis le début du quinquennat.
actionclactionfp