Le marché de la location est de plus en plus tendu à Paris. Si les loyers ont baissé sur l'ensemble du territoire en 2015 (-1,1%), la capitale n'est plus épargnée ! L'année dévoile une surprise : les grandes surfaces (4 pièces et plus) subissent également cette légère inflexion. Les chiffres en détails.

Est-ce le résultat du plafonnement des loyers, tant contesté, ou d'une tendance qui s'inverse ? Les loyers de marché ont baissé en 2015, selon l'observatoire des loyers Clameur, qui analyse 96% des baux signés sur l'ensemble du territoire. Les nouveaux locataires versent un loyer en moyenne 1,1% moins élevé que leurs prédécesseurs.

 

Même tendance baissière pour le début de l'année 2016, avec -0,8% observé sur les deux premiers mois. La baisse reste modérée, mais elle contraste tout de même avec la hausse d'1% constatée en 2014. Et l'ampleur du phénomène prend une autre mesure lorsque l'on observe les chiffres en fonction des régions... et des surfaces.


Surprise : les loyers des grandes surfaces baissent aussi

 

En effet, la surprise vient de la baisse non négligeable des loyers des grands logements, habituellement stables contre vents et marées. Ceux des 5-pièces et plus stagnent, à -0,4%, tandis que ceux des 4-pièces sont 1,6% moins élevés qu'en 2014.

 

Les loyers baissent ou stagnent dans plus de la moitié des villes de plus de 10.000 habitants. Et ce, malgré une mobilité (c'est-à-dire un nombre de ménages qui quittent leur habitation) la plus élevée depuis 2004, à 30,2%. De nombreux ménages, en particulier des jeunes, ont profité des taux d'emprunt extrêmement bas et d'une souplesse des banques pour acheter leur premier bien, libérant ainsi un logement pour le marché de la location.

 

Les Parisiens déménagent peu, mais leurs loyers baissent

 

Sauf... à Paris. Dans la capitale, malgré une conjoncture favorable à l'accès à la propriété, les primo-accédants se font rares ! La mobilité y recule (16,4%, contre 17,2% en 2014), également à cause de l'encadrement des loyers, selon Clameur : la mesure décriée par les professionnels aurait fait baisser le nombre de biens mis en location par les investisseurs, crispant encore un peu plus le marché.

 

En conséquence, les loyers parisiens ont baissé en 2015 (-1,3%) et continuent sur la même tendance en ce début d'année 2016 : -3,3% dans Paris intramuros, -2,3% dans le reste de l'Île-de-France.

 

Enfin, sur l'ensemble du territoire, le délai de remise en location passe de 123 jours à 119 jours. Une période qui reste longue... et permet aux propriétaires bailleurs de réaliser des travaux d'amélioration de leur bien. Si l'effort d'entretien était en baisse en 2015 (16,1% des logements rénovés avant une remise en location), il s'améliore début 2016, passant à 20,4% sur les deux premiers mois.
actionclactionfp