ANNONCES. Le gouvernement va lancer un plan de plus de cinq milliards d'euros sur cinq ans pour la revitalisation des centres-villes, qui doit notamment permettre de ramener des habitants et des commerces dans des coeurs de ville désertés.

"Il y a une reconquête des centres villes à réaliser. Et c'est un marché qui s'ouvre pour le monde du bâtiment et, en particulier, en matière de rénovation, pour tous nos artisans." C'est Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, qui l'affirmait en octobre dernier dans une interview à Batiactu. Le 14 décembre 2017, le Gouvernement a précisé les dispositions de son plan pour les villes moyennes. Celles-ci concentrent 23% de la population et 26% des emplois.

 

"Il y a urgence de redonner vie à des centres-villes délaissés, vidés de leurs commerces, de leurs services et parfois de leurs habitants", a fait valoir le Premier ministre, Edouard Philippe, jeudi 14 décembre, lors de la conférence des territoires à Cahors.

 

Un milliard d'euros de l'Anah

 

Les objectifs de ce plan sont multiples : ouverture de nouveaux commerces, rénovation de logements sociaux, restauration de bâtiments anciens, emménagement de nouvelles familles, création d'"écoquartiers" ou d'espaces publics. Sur cinq milliards d'euros mobilisés, un milliard proviendra "de la Caisse des dépôts en fonds propres, 700 millions en prêts", 1,5 milliard d'Action Logement et 1 milliard de l'Agence nationale de l'habitat (Anah). L'idée est de faciliter l'accès des communes au financement de leurs projets en mettant en place un "guichet unique" pour centraliser leurs demandes.

 

Le gouvernement entend notamment développer l'offre commerciale en centre-ville (taxe sur les commerces vacants, baux commerciaux de courte durée...) et réguler l'implantation et le développement du commerce en périphérie. Les propriétaires seront incités à rénover les logements de centre-ville pour favoriser le maintien des résidents. L'Anah "prévoit de consacrer 1 milliard d'euros d'aides aux travaux pour la réhabilitation, l'amélioration énergétique et l'adaptation des logements et des immeubles".

 




Réhabiliter 600 immeubles par an

 

Les salariés seront incités à revenir dans les centres par le renouvellement de l'offre de logements : "Action Logement investira 1,5 milliard d'euros sous forme de subventions et de prêts pour financer des opérations d'acquisition/amélioration." Selon le cabinet de Jacques Mézard, la somme permettrait d'acquérir et réhabiliter quelque 600 immeubles par an. L'amélioration de la couverture numérique et "une orientation prioritaire d'implantation des services publics dans le coeur des villes" doivent également contribuer à leur attractivité.

 

Le plan ne prévoit pas de liste de villes, mais s'adresse aux maires des communes intéressées. Les villes dont le projet pour le centre-ville est abouti pourront passer un contrat avec l'Etat "dès 2018". Celles dont le projet est en cours d'élaboration "seront accompagnées en 2018" pour finaliser en 2019. "On pense viser une trentaine de villes en 2018, et une trentaine en 2019", selon une source gouvernementale. Les villes moyennes ont été retenues en priorité parce qu'elles ont "une fonction de centralité", tout en étant confrontées à d'importantes difficultés, avec notamment un taux de pauvreté de 17,8%, contre 14,5% nationalement.

 


 

L'U2P en appelle à geler les implantations de grandes surfaces

 

"A la veille de la réunion de la conférence nationale des territoires du 13 au 15 décembre, et dans la perspective du Plan d'action gouvernemental pour les villes moyennes annoncé pour 2018, l'U2P appelle à une prise de conscience et à l'engagement de mesures drastiques visant à geler les implantations de grandes surfaces et à renforcer le poids du commerce de proximité, que ce soit dans les villages, les villes moyennes ou les grandes villes", explique l'organisation dans un communiqué de presse du 12 décembre 2017.

 

"Malgré les alertes répétées de l'U2P, la fuite en avant se poursuit avec la bénédiction des pouvoirs publics : 1 600 000 m2 de magasins dont la surface excède 1 000 m2 ont été autorisés en 2016, et 37 centres commerciaux doivent s'ajouter aux 800 existants d'ici 2021… Il est urgent de mettre fin à cette dévitalisation des cœurs de villes qui est une absurdité économique mais aussi environnementale et sociale."
actionclactionfp