AGRANDISSEMENT. En Loire-Atlantique, une maison du début du XXème siècle, a été enrichie d'un jardin d'hiver. Une extension qui, en plus de reposer sur un mode d'écoconstruction, dévoile un ensemble contemporain, chaleureux et respectueux de l'environnement. Reportage.

À Vigneux-de-Bretagne, l'extension d'une maison du début du XXème siècle s'accorde parfaitement avec son environnement proche. À tel point que l'on pourrait la croire d'origine.

 

Récompensée du 1er Prix National de la Construction Bois 2015, dans la catégorie extension-surélévation, Il s'agit en fait d'un jardin d'hiver réalisé en écoconstruction et presque exclusivement conçu en bois. "Le point de départ de cette construction était l'arrivée d'un 4ème enfant. Les clients souhaitaient alors réaliser une extension avec une suite parentale. Finalement, nous avons proposé de restructurer les pièces de vie de la maison existante et de recréer un séjour avec plus de hauteur et de contact avec l'extérieur", raconte Tristan Brisard, architecte en charge du projet.

 

Une extension qui crée l'illusion

 

Pour l'agrandissement de cette habitation, il s'agissait de se démarquer, sans pour autant dénoter. Ainsi, de loin, le jardin d'hiver s'accorde à la bâtisse et ses murs de granits. Ses grandes ouvertures lui confèrent une touche contemporaine et font rayonner sa luminosité à l'extérieur. Mais, ici, exit le granit pour les murs et l'ardoise pour le toit. L'ensemble est recouvert de bardeaux en châtaignier qui créent l'illusion.

 

À l'intérieur, la surface se divise en de grands espaces ouverts et sobres, aux allures de cathédrale, grâce à une généreuse hauteur sous plafond de presque 6 m de haut.

 

Une bâtisse écologique

 

Une cathédrale qui plus est écologique, puisque cette extension répond à des objectifs de durabilité. Déjà au travers des matériaux utilisés, comme du châtaigner français (Allier), certifié bois PEFC, qui atteste normalement de la gestion durable des forêts. Mais aussi d'isolants biosourcés, la mise en œuvre de produits naturels non transformés, non traités, de matériaux bruts, de colles à faible émissivité de COV... pour la qualité de l'air.

 

Puis enfin, via l'utilisation d'un poêle à pellets (granulés) qui chauffe l'ensemble de l'extension de 70 m2. Résultat : "la bâtisse a un bilan carbone positif", affirme Tristan Brisard.

 

La consommation énergétique s'établie à 16 kWh/m² par an d'énergie primaire, dont 9 kWh/ m² par an de chauffage.

 

Passé l'utile, l'agréable n'est pas négligé pour autant. Avec comme résultat final, une réalisation contemporaine sobre, à l'intérieur comme à l'extérieur et en harmonie avec son environnement. Découvrez la réalisation en images.

 

Maître d'œuvre : Tristan Brisard architecte

 

Lieu : Vigneux-de-Bretagne (Loire-Atlantique)

 

Coût : 95.000 € (hors honoraires)

 

Durée des travaux : environ 6 mois (2015)
actionclactionfp