Concernant la transition écologique, Benoit Hamon entend relancer "l'Europe des projets" "en veillant à positionner systématiquement la France en leader".

 

Par ailleurs, il promet la sortie du diesel à l'horizon 2025.

 

Souhaitant atteindre l'objectif des 50% d'énergies renouvelables dès 2025, le député des Yvelines propose de créer une aide permettant aux particuliers de s'équiper en matériel de production d'énergie renouvelable.

 

Benoît Hamon souhaite "redonner une vision stratégique à l'Etat" en faisant d'EDF "un pilier de la transition énergétique". Il précise : "En tant qu'actionnaire principal, l'Etat poussera EDF à renforcer ses recherches sur la production et le stockage d'énergies renouvelables.

 

Plutôt que de privilégier le nucléaire, EDF accompagnera la "décentralisation de la production d'énergies vertes".

 

De son côté, Manuel Valls souhaite en faire une priorité de son quinquennat et faire de la France un acteur mondial dans cette transition. Pour cela il annonce que la France taxe "lourdement les importations sur le marché intérieur ne respectant pas nos règles environnementales".

 

L'ex Premier ministre compte aussi "organiser une grande conférence environnementale dès l'automne 2017 pour fixer une feuille de route ambitieuse". L'ancien locataire de Matignon souhaite aussi "orienter les soutiens publics à l'économie d'abord vers les technologies bas carbone, vers l'économie circulaire" mais aussi "réunir les ministères de l'écologie, de l'industrie et de l'énergie dans un ministère unique afin de coordonner les efforts de la France dans ce domaine" et ainsi "continuer à développer les énergies renouvelables".
actioncl