Une étude publiée par Altares révèle que les retards de paiement ont sensiblement baissé depuis un an. L'organisme dévoile aussi qui sont les meilleurs payeurs, secteur par secteur, par taille d'entreprise et région par région. Détails.

12,2 jours, c'est désormais le nombre de jours de retard de règlement moyen enregistré en France au 2ème trimestre. Ce qui est une nouvelle encourageante alors que ces retards approchaient les 14 jours en moyenne à la fin du 1er semestre 2015. Depuis la situation tend à s'améliorer et les décalages se réduisent, note Altares, dans son étude trimestrielle sur les comportements de paiement des entreprises en France et en Europe, publié ce 6 septembre 2016.

 

Le bâtiment sur la première marche

 

L'organisme a notamment analysé les comportements par secteur d'activité. Et la place du meilleur payeur revient au bâtiment. Plus d'un entrepreneur sur deux (54%) règlent leurs factures sans aucun retard, c'est 15% de plus que la moyenne toute activité confondue (38,7%), explique l'étude. Le secteur affiche ainsi un retard moyen de 9 jours tiré par des activités de second œuvre, tandis que les décalages sont de 12 jours en maçonnerie générale et un peu plus de 13 jours pour la construction de maisons individuelles.

 

Concernant le secteur de l'immobilier, les comportements se sont améliorés. Les retards sont de 16,5 jours au 2eme trimestre 2016, contre 17,1 jours au trimestre précédent. Dans le détail, seuls 35,9% des entrepreneurs ne paient pas en retard, une grande partie d'entre eux (53,3%) paient avec des retards inférieurs à 30 jours et 10,7% règlent avec plus de 30 jours de retard (soit plus que la moyenne toute activité confondue qui est de 6,8%).

 

Zoom sur les secteurs du privé et du public

 

Dans le secteur privé, les retards de paiements s'allongent toutefois d'une journée chez les artisans-commerçants (12,3 jours). Les tensions apparaissent notamment pour les petites entreprises de moins de 3 salariés, qu'ils soient sous forme d'entreprises individuelles (12,6 jours) ou de sociétés (13,2 jours). "Pour ces petits employeurs très sensibles à la consommation des ménages, un ralentissement des dépenses impacte immédiatement les trésoreries", explique Thierry Million, directeur des études Altares.
Dans le secteur public, les retards de paiement restent élevés dans les organisations de plus de 500 collaborateurs. Ils sont même en hausse à 17,6 jours (contre 17,2 jours au premier trimestre 2016) pour les établissements publics administratifs comme pour les services de l'Etat.

 

Paiements sans retard : l'Allemagne en tête

 

Au sein de l'Union européenne, c'est l'Allemagne qui arrive en tête avec 71,7% de paiements sans retard. Arrivent ensuite les Pays-Bas (49,5%), puis l'Espagne ( 47,6%). La France est en quatrième position avec 38,7% de paiements sans retard, en dessous de la moyenne européenne qui est de 43,1%. Enfin, c'est en Italie et au Portugal que les retards de paiements sont les plus longs.
actionclactionfp