PATRIMOINE - Dans un bâtiment gersois datant des 17-18es siècles, une restructuration a donné naissance à des espaces tertiaires aux performances surprenantes. L'édifice est totalement autonome en énergie et produit même plus qu'il ne consomme. Et le coût de cette opération n'a pas été démesuré. Découverte.

Le programme Pierre Verte a été inauguré récemment dans le centre historique d'Auch. Il s'agit d'un ensemble de bureaux de 1.000 m² aux performances environnementales équivalentes à celle du plus haut niveau de certification HQE pour du neuf. Mais il présente une particularité : il ne s'agit pas d'une construction ordinaire, mais d'un bâtiment patrimonial vieux de plusieurs siècles ! L'immeuble en pierre de taille, édifié par l'évêché entre le 17e et le 19e siècle, disposait d'une chapelle et a abrité, au cours du 20e siècle une gendarmerie, et il est implanté dans un périmètre sauvegardé (ZPPAUP).

 

L'opération de restructuration a été voulue et mise en œuvre par le cabinet Addenda, spécialisé dans la maîtrise de l'énergie et l'optimisation environnementale des bâtiments, avec l'atelier d'architecte Frédéric Airoldi. Les porteurs du projet précisent : "Elle a été menée dans le respect intégral de la valeur esthétique et patrimoniale (…) sans modifier l'aspect extérieur du bâtiment, en tirant parti des propriétés des matériaux anciens (…) et en mettant en place des solutions de production d'énergie innovantes". Deux axes ont donc été suivis pour réhabiliter l'endroit : l'isolation, d'une part, et la production énergétique, de l'autre. Les contraintes de sauvegarde du patrimoine ont lourdement pesé sur les décisions.

Découvrez la suite de l'article en pages 2 et 3
actionclactionfp