RISQUES PROFESSIONNELS. La campagne de mesure d'empoussièrement à l'amiante sur les chantiers de sous-section 4 vient de livrer ses premiers résultats. Et ils semblent plutôt encourageants.

Les premiers résultats de la campagne Carto, lancée en 2014, viennent d'être publiés (disponibles ici). Pour rappel, cette initiative est issue de la signature d'une convention de partenariat entre la Direction générale du travail, l'OPPBTP et la branche AT/MP représentée par l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS).

 

Ce sont ainsi 283 chantiers en sous-section 4 (travaux en présence de matériaux pouvant contenir de l'amiante) qui ont fait l'objet d'une campagne de mesure de l'empoussièrement à l'amiante, dans le cadre de six situations de travail (perçage de revêtement de sol, perçage de peinture ou d'enduit intérieurs, découpe d'une canalisation extérieure en amiante ciment, démontage d'une canalisation extérieure en amiante ciment, démontage d'une toiture et démoussage d'une toiture).


75% des résultats sous le seuil des 5 f/L

 

Il en ressort que 75% des résultats enregistrés, en matière d'empoussièrement, sont en-dessous du seuil 5 fibres par litre d'air (f/L), soit en-dessous du seuil imposé par le code de la santé publique (la valeur-limite d'exposition professionnele étant elle fixée à 10 f/L). Pour les organisateurs de la campagne Carto, ce résultat "traduit la mise en œuvre de processus de travail maîtrisés dans la plupart des cas". "Le projet Carto amiante démontre ainsi qu'il existe des solutions opérationnelles simples en matière de prévention du risque amiante et que leur mise en œuvre permet d'obtenir de faibles, voire très faibles niveaux d'empoussièrement en fibres d'amiante", affirment-ils aussi.


Vers une publication de "Règles de l'art" pour la sous-section 4

 

A fin septembre 2017, plus de 775 chantiers et plus de 360 mesurages ont été effectués. Le seuil de 400 mesurages pourrait être franchi début 2018. Les organisateurs se baseront sur ces résultats pour mettre au point et publier des "Règles de l'art" concernant les travaux courants d'entretien et de maintenance des ouvrages sur matériaux amiantés. Pour rappel, les professionnels des entreprises se second oeuvre, intervenant en sous-section 4, sont les plus exposés au risque amiante sur les chantiers.
actionclactionfp