ÉCOLOGIE. L'Union nationale des entreprises du paysage (Unep) et Hortis ont publié les résultats d'une étude dans le cadre de l'Observatoire des villes vertes. Ces dernières développent de plus en plus d'infrastructures végétalisées pour améliorer le cadre de vie des habitants.

Dans le cadre de l'Observatoire des villes vertes, l'Union nationale des entreprises du paysage (Unep) et Hortis, responsable d'espaces nature en ville, ont dévoilé les résultats d'une étude sur le végétal en ville. Pour la réaliser, "21 villes engagées dans le développement de la végétalisation ont été interrogées en ligne", sur leur politique urbaine. Et elles ont compris "les atouts que représente la mise en place de dispositifs végétaux pour la biodiversité, le cadre de vie des habitants et l'attractivité du territoire", indique l'Unep.

 

Tout d'abord, les villes cherchent à couvrir le gris (habitation, circulation…) par du vert, c'est à dire tous les espaces végétalisés, naturels ou aménagés. Ainsi, sur dix villes, sept ont recouvert les toitures de bâtiments municipaux, les routes et les voiries. Six ont verdi les ronds-points et les voies de tramway. Des pratiques qui tendent à se généraliser car trois villes sur dix prévoient de végétaliser les parkings d'espaces verts d'ici à 2021 et deux sur dix envisagent de la faire sur des voies de tramway et des voiries. Des résultats "encourageants" selon Catherine Muller, présidente de l'Unep.

 

"8 français sur 10 veulent vivre près d'un espace vert"

 

Elle est également "rassurée de constater que les collectivités interrogées intègrent la présence d'espaces naturels et aménagés comme des leviers clés de leur développement". L'observatoire note aussi que toutes les villes interrogées disposent d'un parc ou d'un jardin et la moitié d'entre elles ont prévu d'en ouvrir un nouveau d'ici à 2021, notamment Marseille avec son futur parc paysager des Aygalades. Les zones humides et les noues végétales sont relativement courantes dans les villes vertes, puisque sept sur dix en sont déjà dotées et que trois sur dix projettent d'en implanter. Ces espaces verts sont les principales solutions pour prévenir les risques d'inondations et améliorer la gestion des eaux, rappelle l'étude. Si les forêts urbaines représentent également un atout pour la qualité durable de l'air, pour autant, seulement quatre villes sur dix en possèdent une et celles qui prévoient d'en implanter une sont encore rares, déplore l'Unep.

 

Les principales raisons du développement d'espaces végétalisés sont la préservation de la biodiversité et l'amélioration du cadre de vie pour neuf villes sur dix sondées. "Plus de 8 Français sur 10 veulent vivre près d'un espace vert, et 6 sur 10 estiment que créer des espaces verts devrait être la priorité principale de leur maire", explique Jean-Pierre Gueneau, président d'Hortis. Par ailleurs, l'Unep salue l'intelligence de la quasi-totalité des communes interrogées, où le service des espaces verts travaille avec la direction de l'urbanisme. Les infrastructures végétales sont alors des réponses aux défis futurs des villes. Une dynamique que Catherine Muller souhaiterait voir "s'étendre rapidement à l'ensemble des villes françaises".

actionclactionfp