Christian de Portzamparc précise avoir travaillé dans deux directions : l'intégration urbaine et paysagère forte avec les bâtiments situés à proximité immédiate (tours Engie et Sequoia), tout en respectant les règles de "mise à distance" souhaitées autour de l'axe visuel entre Paris et la Défense, et le respect des œuvres architecturales proches (CNIT et Grande Arche), cette fois tout en proposant une interprétation "résolument contemporaine". Les deux tours adopteront donc le même traitement extérieur : une peau protectrice de verre sérigraphié avec de fines lignes blanches qui filtreront les UV tout en laissant passer la vue. L'immeuble de bureaux bénéficiera d'un plan allongé pour privilégier l'éclairage naturel de ses espaces et limiter ainsi les second-jours.

actioncl