DRAME. Telles sont les conclusions, dévoilées ce lundi 30 décembre par le Procureur de la République de Paris, d'un rapport d'experts commandé par la juge d'instruction en charge de l'enquête sur l'explosion d'une canalisation de gaz qui avait fait quatre morts et 66 blessés dans cette rue du 9ème arrondissement de Paris, le 12 janvier 2019.

Une entreprise de travaux publics et la ville de Paris sont mises en cause dans le drame de la rue de Trévise, survenu dans la capitale le 12 janvier 2019. Telles sont les conclusions, dévoilées ce lundi 30 décembre par le Procureur de la République de Paris, d'un rapport d'experts commandé par la juge d'instruction en charge de l'enquête sur l'explosion d'une canalisation de gaz qui avait fait quatre morts et 66 blessés dans cette rue du 9ème arrondissement de Paris. Le distributeur de gaz GRDF, filiale d'Engie, se voit en revanche exonéré de responsabilités par le rapport d'experts. Selon ce texte, l'explosion de la canalisation de gaz aurait pu être évitée si la ville de Paris et l'entreprise de travaux publics mandatée pour réparer un trottoir, Fayolle et Fils selon Le Parisien et le Monde, avaient mesuré la gravité de l'affaissement de celui-ci, à l'origine de l'explosion de la canalisation de gaz. Sollicitée par Batiactu, Fayolle et Fils n'était pas disponible dans l'immédiat pour réagir à ces informations.

 

Quant à la ville de Paris, par la voix de sa directrice des affaires juridiques Ivoa Alavoine, elle renvoie la responsabilité à la mairie du 9ème arrondissement, en charge des travaux locaux. Lors d'une courte conférence de presse ce lundi 30 décembre, Ivoa Alavoine a annoncé que la Ville devrait être très prochainement auditionnée par la juge d'instruction en charge de l'enquête, qu'elle serait partie prenante de l'expertise civile qui sera ordonnée le 15 janvier prochain et qu'elle avait mandaté un audit sur les procédures d'intervention et de contrôle sur l'espace public dans le 9ème arrondissement.

 

La maire du 9ème demande l'extension immédiate de l'audit à tous les arrondissements

 

Dans un communiqué diffusé ce lundi, la maire du 9ème arrondissement, Delphine Bürkli, a demandé à la Ville d'étendre "dès à présent" cet audit à l'ensemble des arrondissements de la capitale et non à la seule section territoriale regroupant les 1er, 2ème, 3ème, 4ème, 9eme et 10ème arrondissements. Et la maire du 9ème arrondissement de rappeler que si les arrondissements disposent d'un budget d'investissement permettant des aménagements de voirie, "les travaux d'entretien relèvent en revanche du budget de fonctionnement central de la ville de Paris." La Mairie du 9ème précise d'ailleurs qu'elle n'avait pas obtenu l'autorisation de se constituer partie civile dans le cadre de l'instruction, le Préfet lui ayant indiqué qu'elle ne pouvait être considérée comme personnalité morale et juridique.

 

Dans un communiqué publié ce lundi, Marie-Claire Carrere-Gée, présidente du groupe LR et Indépendants au Conseil de Paris, a dénoncé de son côté une "double défausse" de la Maire de Paris, Anne Hidalgo. "C'est une lâcheté, quand on est Maire, de se défausser sur une fonctionnaire pour tenir une conférence de presse", fustige-t-elle. Et, "contrairement à ce qui a été sous-entendu lors de cette conférence de presse, les services techniques locaux sont juridiquement et administrativement placés sous l'autorité exclusive de la Mairie de Paris", ajoute Marie-Claire Carrère-Gée. Qui demande donc à la Maire de Paris de présenter "sans délai" aux présidents de groupes politiques au Conseil de Paris la position de l'exécutif parisien, des précisions sur l'audit commandé par la Ville et de leur communiquer les conclusions provisoires des experts.

actionclactionfp