CONSTRUCTEURS. Le président de deux filiales du groupe Hexaom, Maisons Berval et Maisons Evolution, a décidé la maintien de l'activité malgré l'arrêt des chantiers. Le promoteur-constructeur, basé en Ile-de-France, s'inquiète du temps de réadaptation nécessaire au moment de la reprise.

Contenu réservé aux abonnés Batiactu+ (en savoir plus)
Pendant la période de confinement décidée par le gouvernement, Batiactu vous offre l'accès à l'intégralité de ses contenus Batiactu+
(en savoir plus)
Batiactu : comment avez-vous organisé votre activité à l'annonce du confinement ?

 

David Lacroix : Lundi dernier, dans le contexte de la montée de la tension sur un possible confinement, nous avons pris la décision en comité de direction que tout le monde travaillerait à distance. Les équipes (environ deux fois 40 collaborateurs) sont venues chercher le matériel leur permettant de télétravailler et depuis mardi, les bureaux sont vides.

Quelle est la situation sur les chantiers ?

La totalité de nos 200 chantiers est à l'arrêt, pour cause de force majeure. Et cela pour trois raisons. Premièrement la protection des salariés : je ne veux pas que mes conducteurs travaux se déplacent et prennent le moindre risque. Deuxièmement la quasi-totalité des artisans est arrêtée. Enfin, les usines des fournisseurs sont maintenant également à l'arrêt, même si en début de semaine dernière, certains avaient annoncé rester ouverts aux professionnels. A titre personnel, je ne comprends pas que le confinement s'applique à tous mais pas au bâtiment. Ce n'est pas un secteur vital comme les services de santé ou les commerces alimentaires.

 

"L'activité prospect a chuté de 90%"

Et le reste de votre activité ?

Malgré l'arrêt des chantiers, notre activité continue : les fonctions support, bien sûr, les conducteurs travaux, qui se mettent à jour dans leurs dossiers, et puis les commerciaux, qui continuent les rendez-vous (par téléphone). Pour ces derniers, il s'agit du suivi des affaires en cours, car l'activité prospect a chuté de 90%. Le chiffrage, le dessin et la préparation des demandes administratives. Nous avons largement de quoi faire pour la semaine qui vient. Si le confinement se prolonge, comme s'y attend, les semaines 3-4-5 seront totalement creuses en revanche.

 

Quel sera, d'après vous, l'impact de cette crise ?

L'impact sur notre activité va dépendre de la durée du confinement. Une durée de 15 jours est surmontable, on le fait au mois d'août. Six semaines de fermeture, c'est une autre histoire. Si les artisans, ou d'autres acteurs de la construction parfois fragiles, ne tiennent pas, nous serons bloqués. Et plus les liens seront distendus, plus cela demandera un temps de réadaptation. La question est : à quel rythme se fera la reprise ? Dans quel état sera l'économie ? Il y a toujours un temps de remise en route après un choc, même si on s'y prépare en amont. Cela ne repartira pas au même rythme.

Contenu réservé aux abonnés Batiactu+ (en savoir plus)
Pendant la période de confinement décidée par le gouvernement, Batiactu vous offre l'accès à l'intégralité de ses contenus Batiactu+
(en savoir plus)
actionclactionfp