Le projet de parc éolien "Ailes Marines" de la baie de Saint-Brieuc a reçu toutes les autorisations nécessaires à sa construction. Cet octroi devrait permettre de débuter l'implantation des machines dans la deuxième moitié de l'année 2018. Le prototype de la turbine géante Adwen AD 8-180 est en cours de test en Allemagne. Détails.

Le parc éolien de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor), attribué en avril 2012 au consortium Iberdrola-Areva-Technip, a reçu toutes les autorisations nécessaires. Après avoir obtenu le feu vert de la Commission d'enquête publique au mois de janvier dernier, la société de projet "Ailes Marines" annonce disposer désormais des trois sésames administratifs indispensables : "la concession d'utilisation du domaine public maritime, l'autorisation unique pour les installations ouvrages travaux et activités (…) et l'approbation du projet d'ouvrage privé". De quoi avancer dans la construction de la première ferme éolienne offshore de Bretagne.

 

Les travaux pourraient donc débuter dans la deuxième moitié de 2018, avec l'installation de pieux, destinés à recevoir les fondations "jacket", enfoncés dans le fond marin. Une sous-station électrique devra également être assemblée à terre puis déployée dans la zone afin de concentrer la production d'énergie transportée depuis chaque turbine par les câbles. Ces derniers devront eux-mêmes être posés et "ensouillés" (enfouis) par un navire spécialisé, afin de les protéger des éléments et de la navigation. Les machines seront ensuite acheminées sur place en sept éléments, par barge ou bateau auto-élévateur muni d'une grue : trois tronçons de mât, nacelle avec moyeu rotor, et trois pales. Des tests et vérifications techniques suivront, avec l'opérateur du réseau RTE, avant la mise en service industrielle du parc, attendue pour la fin de 2020.

 

Des machines finalement produites en Allemagne

 

Les machines devaient initialement être fabriquées par Areva, mais l'industriel a été contraint de céder ses activités éoliennes (Adwen) à Siemens-Gamesa. Ces engins d'une puissance unitaire de 8 MW sont en cours de développement à Bremerhaven (Allemagne). Le prototype est en cours d'assemblage, à terre, afin de subir une campagne d'essais. Le modèle AD 8-180 (pour 180 mètres de diamètre du rotor) est dérivé de la plateforme éprouvée 5 MW d'Adwen, dont l'entreprise a déjà construit et livré près de 1 GW de capacités (soit 200 machines). Outre Saint-Brieuc, il sera également déployé dans deux autres projets offshore français, à Dieppe-Le Tréport et entre les îles d'Yeu et de Noirmoutier.

 

En Bretagne, les 62 éoliennes qui atteindront les 216 mètres en bout de pale, seront installées à 16,3 km du cap Fréhel, 27,7 km de l'île de Bréhat et 37 km de Jersey. D'une puissance cumulée de 496 MW, elles produiront 1.850 GWh/an, couvrant ainsi la consommation électrique de 850.000 personnes environ. Le projet "Ailes Marines" nécessitera un investissement de 2,5 Mrds € (hors raccordement au réseau) entièrement privé et ne bénéficiant d'aucune subvention publique, mais qui permettra, selon ses acteurs, de créer environ 2.000 emplois. Le port du Havre avait été initialement choisi pour accueillir la base industrielle de cet ensemble, avec une usine d'assemblage des nacelles, une usine de production de pales, un banc d'essai et une zone de pré-assemblage et de stockage des composants. L'objectif, qui était de proposer une éolienne "made in France", semble donc s'éloigner. Les pales seront, à terme, produites dans l'usine LM Wind Power de Cherbourg. Concernant la fabrication de la sous-station électrique et des fondations jacket, le port de Brest avait été sélectionné pour sa capacité à recevoir une aire de fabrication et de stockage de ces éléments métalliques de grandes dimensions.

actionclactionfp