CRÉDIT IMMOBILIER. La méthode de calcul du taux d'usure, au-delà duquel une banque ne peut pas prêter, en fait un piège en train de se refermer sur les banques… et les emprunteurs, analyse le courtier Vousfinancer.


Sans surprise, la hausse des taux de crédit se poursuit en juin. Depuis le début de l'année, la plupart des banques les ont ainsi augmentés de 0,50% mais jusqu'à 0,75% pour certaines, alors même que les taux d'usure, taux plafonds au-delà desquels elles n'ont pas le droit de prêter, de par leur formule de calcul, n'augmenteront pas avant le 1er juillet. Ainsi de plus en plus d'emprunteurs voient leur dossier refusé, alors qu'ils auraient emprunté sans problème il y a six mois, alerte le courtier en ligne Vousfinancer. En outre, "certaines banques commencent à être moins incitées à prêter en raison de la faiblesse des marges dans ce contexte de taux, mais surtout à cause du taux d'usure".

 

Après des mois d'avril et de mai marqués par de fortes remontées de taux, avec souvent plusieurs grilles de taux envoyées par mois, en juin, on note qu'un peu moins de banques ont envoyé de nouveaux barèmes affichant tout de même des hausses de 0,10 à 0,40%, relève le courtier dans une note publiée début juin. Ainsi au total depuis le début de l'année 2022, les hausses moyennes de taux sont de 0,50%, mais atteignent 0,75% dans certaines banques, ce qui représente une hausse de mensualité de 70 euros pour un prêt de 200.000 euros sur 20 ans.

 

 

De plus en plus de banques prêtent à 2% sur 20 ans

 

Il vous reste 73% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp