CONJONCTURE. Le taux moyen des crédits immobiliers est tombé à 1,20% en juillet, selon l'observatoire Crédit Logement/CSA.

Taux, durée, apport… Juillet a été un mois de records pour le crédit immobilier en France. Le taux (hors assurance et coûts des sûretés) moyen des crédits immobiliers a atteint un nouveau plancher le mois dernier, à 1,20%, un niveau "jamais observé jusqu'alors" selon le tableau de bord publié ce jeudi 1er août par l'Observatoire Crédit Logement/CSA.

 

A 1,20%, le taux moyen des crédits immobiliers a chuté de 24 points de base en l'espace d'un an. Il est près de cinq fois inférieur à son niveau du début des années 2000, et 12 fois moindre que celui observé à la fin des années 1980, souligne l'observatoire. La moitié des ménages empruntant sur une durée de seulement 15 ans bénéficie même de taux inférieurs à 1%. Une situation qui résulte de la politique monétaire toujours très accommodante menée par la Banque centrale européenne. Son taux de dépôt négatif agit comme une taxe sur les liquidités que les banques entreposent dans les caisses de l'institut francfortois, si bien qu'elles préfèrent encore les prêter, même à des taux très faibles.

 

Autre record, la durée moyenne des prêts, qui a atteint 229 mois en juillet. Conséquence de la baisse des taux, elle s'est allongée de 30 mois depuis le début de l'année 2014. "Jamais par le passé (les durées des prêts bancaires) n'avaient été aussi élevées", précise l'observatoire. Quant au niveau de l'apport personnel, il a encore diminué, portant sa baisse à près de 7% sur les sept premiers mois de 2019, par rapport à la même période de l'année précédente. Les taux d'apport personnel des ménages "descendent à des niveaux jamais observés par le passé", constate l'observatoire. Et ce, alors que l'indicateur de solvabilité de la demande "reste sur une tendance baissière", en raison de la dégradation des soutiens publics et du renchérissement des prix de l'immobilier, poursuit-il.

 

Un renchérissement qui a entraîné une nouvelle hausse, de 3,3%, du coût moyen des opérations immobilières (financées par emprunt) sur les sept premiers mois de l'année. Il s'établit ainsi à 4,4 années de revenus, se maintenant ainsi "sur les niveaux les plus élevés constatés jusqu'alors", selon l'observatoire. La situation ne semble pas près de s'inverser, la France comptant 3,5 millions d'acheteurs, alors que les vendeurs sont au nombre de 2,2 millions seulement, d'après une enquête oubliée le 30 juillet par Logic-Immo.com.

actionclactionfp