DELIBERATIONS. Le bureau de la Métropole du Grand Paris s'est réuni ce 10 juillet pour faire un point d'étape sur l'avancement de ses travaux et traiter un certain nombre de dossiers, tels que l'attribution de subventions ou la programmation d'actions en faveur de l'économie circulaire. En outre, une fédération métropolitaine des Agences locales de l'énergie et du climat a été créée.

Ce 10 juillet 2018 fut l'occasion pour le bureau de la Métropole du Grand Paris (MGP) de se réunir et de faire un point d'étape sur l'avancement de ses travaux. En premier lieu, les attributions de subventions du Fonds d'investissement métropolitain (FIM) ont été présentées et adoptées par le bureau. Dans un communiqué, l'organisation rappelle que l'ensemble du territoire métropolitain a déjà bénéficié de 53,9 millions d'euros de subventions depuis la création du FIM en 2016, ce qui s'est traduit par 281 projets concernant 103 communes et huit territoires. A cette somme s'ajoute dorénavant une enveloppe de 14,1 millions d'euros attribuée par le bureau à 55 projets s'étendant sur 43 communes et un territoire. "Le FIM témoigne de la volonté de la MGP d'apporter un soutien aux projets innovants portés par les communes et les territoires, dans la perspective d'un développement et d'un rééquilibrage territorial", souligne Patrick Ollier, le président de la structure.

 

De la rénovation thermique à la production d'énergies renouvelables

 

Les subventions attribuées par le bureau de la Métropole ce 10 juillet se répartissent plus précisément de la manière suivante : les projets de rénovation thermique toucheront 10 millions d'euros pour 27 dossiers, pendant que ceux portant sur l'amélioration du cadre de vie pourront compter sur 2,6 millions pour 23 dossiers. L'aménagement des pistes cyclables bénéficiera pour sa part de 805.000 € pour trois dossiers. Parmi des exemples de projets, on peut citer la réhabilitation thermique du théâtre des Amandiers à Nanterre (Hauts-de-Seine) pour un million d'euros, ou encore l'installation de deux centrales de production d'électricité photovoltaïque à Villemomble (Seine-Saint-Denis). Un projet de développement économique a par ailleurs été concrétisé avec la restructuration d'un marché couvert à Asnières-sur-Seine, pour un montant de 500.000 €.

 

Soutien à l'économie circulaire

 

Le bureau de la MGP a aussi fixé le programme d'actions en faveur de l'économie circulaire. Ainsi, dix propositions ont été formulées : d'abord, la tournée des établissements publics territoriaux par Xavier Lemoine, vice-président délégué à l'économie circulaire - collaborative - sociale et solidaire. Ensuite, une étude de "métabolisme territorial" sera menée : ce concept peut se traduire par l'analyse des flux et des stocks (de matériaux, d'énergies, de biens, de services…) au sein d'un territoire donné, dont l'objectif in fine est de calculer la faisabilité de solutions innovantes. La MGP envisage par ailleurs un plan métropolitain des plateformes territoriales de l'économie circulaire, ainsi qu'une chaire internationale baptisée "Villes, territoire et économie circulaire" et une charte des évènements éco-responsables, avec en ligne de mire les Jeux Olympiques de 2024.

 

A destination des collectivités territoriales et des acteurs privés, la MGP a arrêté cinq autres actions : l'évènement "Le Grand Paris circulaire" organisera sa deuxième édition les 4 et 5 octobre prochain à Montrouge (Hauts-de-Seine), et en attendant un site Web dédié à cette thématique a été ouvert à l'adresse www.grandpariscirculaire.org. Des rencontres professionnelles auront également lieu sur le sujet, de même que des visites de sites considérés comme à la pointe dans ce domaine. Enfin, un programme "Achats et économie circulaire" sera mis en place.

 

Instauration d'un fonds "air bois" et d'un guichet unique pour le renouvellement du parc routier

 

Le MGP a d'ores-et-déjà annoncé qu'elle proposera officiellement, lors de son conseil métropolitain de septembre prochain, l'instauration de deux mesures en faveur du développement durable : un fonds "air bois" et un guichet unique de subventions visant à faciliter le renouvellement écologique du parc routier. D'une part, le fonds "air bois" aura pour objectif de contribuer au remplacement des chauffages résidentiels au bois peu performants. Le réseau métropolitain des Agences locales de l'énergie et du climat (Alec) sera notamment mobilisé pour faire vivre ce dispositif (voir encadré). D'autre part, le guichet unique consistera en une plateforme commune d'informations, de dépôts de dossiers dématérialisés uniques et de suivis de traitement, basée sur le cofinancement de différents acteurs : la MGP, la ville de Paris, la région Ile-de-France et l'Etat.

 

La réunion du bureau de la MGP a par ailleurs dressé le bilan de la première phase de concertation du Schéma de cohérence territoriale (Scot) à l'échelle métropolitaine. Le dispositif, qui poursuit ses échanges et ses réunions publiques, se décline en plusieurs étapes et selon des modalités spécifiques. Sur cette base, un débat sur les orientations du Projet d'aménagement et de développement durable aura lieu lors du conseil de novembre 2018. Dernier point : le rapport d'activité de la MGP pour l'année 2017 sera rendu public en septembre prochain.

 


Une fédération métropolitaine des Agences locales de l'énergie et du climat (Alec) voit le jour

 

La MGP a adopté en décembre 2017 son Plan climat air énergie métropolitain (PCAEM). Son but : généraliser la rénovation énergétique des bâtiments. Mais la mise en œuvre de ce Plan implique la mobilisation de tous les acteurs spécialisés de proximité, et particulièrement les Alec. Pour atteindre l'objectif de neutralité carbone à l'horizon de 2050, la MGP souhaite donc amplifier les actions menées dans ce domaine et accroître la lisibilité des parties prenantes.

 

Par conséquent, un partenariat entre la MGP et les Alec a été mis en place ce 10 juillet et s'articule autour de trois axes : d'abord, l'adhésion de la MGP et son entrée dans la gouvernance de l'ensemble des Alec, de manière à proposer à toute la population métropolitaine un service public de la performance énergétique de l'habitat ; ensuite, un soutien financier clair et de long terme ; enfin, la création d'une fédération métropolitaine des Alec, qui permettra de déployer à l'échelle de la métropole les outils et les ressources déjà existants.

 

A ce sujet, Patrick Ollier a souhaité "mettre en place ce partenariat dès l'automne 2018", rappelant au passage que "c'est la diversité des Alec et leur mise en réseau, soutenue par les maires qui font la MGP, qui nous permettra de répondre aux défis de l'adaptation au changement climatique, de la transition énergétique et de la résorption de la précarité énergétique".

actionclactionfp