COUP DE POING. Des militants du mouvement écologiste Extinction Rébellion ont de nouveau bloqué l'accès d'une cimenterie du groupe Lafarge ce 24 février 2020 au matin à Pantin, en Seine-Saint-Denis. Le fabricant de béton a répondu aux précédentes accusations des activistes sur l'impact environnemental de ses activités.

Une semaine après le début de l'opération "Fin de chantiers", le mouvement écologiste Extinction Rébellion remet le couvert. Ce 24 février 2020 au matin, des militants ont de nouveau organisé un blocage d'une cimenterie sur la commune de Pantin, en Seine-Saint-Denis, d'après des informations de France 3 Île-de-France et de France Bleu Paris. Il s'agit encore une fois d'un site industriel du groupe LafargeHolcim qui a été visé, les activistes dénonçant l'impact environnemental de la fabrication du béton et, plus largement, la pollution engendrée par l'industrie de la construction. Avec cette nouvelle opération coup de poing, Extinction Rébellion souhaite "mettre fin à l'activité de l'usine pendant une durée indéterminée".

 

Toutes les installations industrielles de Lafarge répondent "strictement aux normes environnementales"

 

Le 17 février dernier, plusieurs centaines de militants avaient déjà bloqué deux cimenteries des groupes LafargeHolcim et Cemex dans le XVe arrondissement de Paris. Contacté par Batiactu, Lafarge a répondu aux accusations formulées par le mouvement écologiste sur son site situé à proximité du pont Mirabeau : "l'entreprise tient à rappeler que cette centrale à béton, comme tous les autres équipements du groupe en France, répond strictement aux normes environnementales et qu'aucune pollution de la Seine n'a été causée par son exploitation".

 

Le cimentier a même détaillé le process de son installation parisienne : "Sur la centrale Mirabeau, les eaux de nettoyage des installations sont totalement confinées et recyclées sur le site. Concrètement, l'eau est dirigée par un système de pentes et de rigoles vers une fosse de récupération étanche, celle-ci est équipée d'un système de pompage qui permet de transférer les eaux vers les bassins de décantation où se déroule ensuite le processus habituel de recyclage : l'eau est réutilisée dans le circuit de la centrale pour réaliser les bétons et procéder aux opérations de nettoyage, et les résidus sont évacués selon des filières certifiées." Et le fabricant de béton d'insister : "Aucun déversement d'eau sale contenant du ciment n'est possible dans la Seine, ce point est attesté par les inspections régulières que mènent les services de l'Etat sur notre site".

actionclactionfp