Nouveau rebondissement autour de l'agrandissement du stade de tennis de Roland Garros. Le TGI de Paris a en effet décidé de suspendre le chantier lancé par la Fédération Française de Tennis autour de l'extension du site sur les "serres d'Auteuil". Un arrêt qui devrait durer jusqu'au jugement sur le fond entre les défenseurs des serres et les partisans de l'extension.

Décidément, le chantier d'extension du stade de Roland Garros n'est pas un long fleuve tranquille. Vendredi dernier, le TGI de Paris a ordonné l'arrêt des travaux engagés par la Fédération Française de Tennis sur les "serres d'Auteuil".

 

Le TGI, saisi en référé par les héritières de l'architecte des serres Jean-Camille Formigé (1845-1926) au nom du "droit d'auteur", a décidé d'arrêter le chantier, "dans les 72 heures à compter de la signification de la décision, pour une durée maximum de trois mois, sous astreinte de 10.000 euros par infraction constatée, à raison d'une infraction maximum par jour", note l'AFP. L'ordonnance du tribunal souligne : "Il s'agit de préserver les lieux en l'état jusqu'à l'intervention du juge du fond". La FFT a, par ailleurs, été condamnée à verser 2.000 euros au titre des frais de justice aux consorts Formigé.

 

Il faut souligner que ce projet a connu de nombreux rebondissements depuis son lancement. Plusieurs obstacles ont jalonné cette opération : près de quatre ans de recours, notamment d'associations de défense et du patrimoine craignant pour l'avenir des serres d'Auteuil, une annulation de la convention d'occupation du domaine public liant la FFT et la Ville de Paris autorisant la mise en œuvre du projet en mars 2013, suivie d'une nouvelle convention validée par le tribunal administratif en février 2014. Ce n'est qu'au mois de juin dernier que le Premier ministre a, en effet, tranché en faveur du projet d'extension. Mais il semble que le projet ne passe toujours pas. Désormais, défenseurs des serres et FFT devront patienter trois mois jusqu'à la décision de fond.

actionclactionfp