XPAIR. Le ministère du Travail, les fédérations professionnelles de la filière électrique et les confédérations syndicales ont signé un contrat d'Engagement développement et compétences afin de mieux identifier les perspectives d'emploi qu'offre la transition énergétique en cours. Explications.

Ce 9 avril 2019, à l'occasion d'une conférence sur les emplois et compétences pour la transition écologique et numérique, le ministère du Travail et de multiples parties prenantes ont signé un accord-cadre national d'engagement de développement de l'emploi et des compétences (Edec) pour la filière électricité. Tous les organismes d'envergure ont apposé leur signature : Fédération française des entreprises de génie électrique et énergétique (FFIE), Fédération des industries électriques électroniques et de communication (FIEEC), Groupement des industries de l'équipement électrique (Gimélec), Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique (Serce), Industries du génie numérique énergétique et sécuritaire (Ignes), Union française de l'électricité (UFE) et Think Smartgrids (Réseaux électriques intelligents), tout comme certaines confédérations syndicales (CFDT, CFE-CFC, CFTC, FO).

 

Anticiper les mutations des marchés de l'électricité

 

Ils expliquent : "La transition énergétique implique la création, la transformation d'emplois et l'émergence de nouvelles compétences à court, moyen et long terme, soulevant des enjeux d'employabilité et de mobilité, géographiques comme sectoriels". D'où la nécessité d'anticiper ces changements, en préparant et accompagnant à la fois les jeunes générations, mais également les...

 

Découvrez gratuitement la suite de cet article sur XPAir (Batiactu Groupe) en suivant ce lien

actionclactionfp