INDUSTRIE. Épargnée par les difficultés d'approvisionnement et l'inflation, la filière des roches ornementales et de construction continue en revanche à déplorer le manque de prise en compte de l'impact environnemental de ces produits dans les appels d'offres publics. Le représentant de son syndicat, Jean-Louis Vaxelaire, appelle une nouvelle fois les acheteurs publics à lier les actes aux paroles.


C'est un nouvel appel à la responsabilité des acheteurs publics : le Syndicat national des industries de roches ornementales et de construction, membre de l'Unicem (Union nationale des industries de carrières et matériaux de construction), vient de publier une plaquette de communication qui les enjoint encore une fois à davantage prendre en compte l'impact environnemental de ces produits dans la commande publique. Le but est simple : passer du moins-disant au mieux-disant. Le marché de la pierre naturelle représente 4% du marché du bâtiment, avec 664 entreprises (très majoritairement des TPE-PME rurales) employant 6.100 personnes et exploitant plus de 500 carrières. Mais la hausse significative de la part des importations de produits finis, passée de 382 millions d'euros en 2016 à plus de 474 millions en 2019, a fait disparaître 150 entreprises du secteur en moins de 10 ans, "principalement dans le cadre de la commande publique, moteur économique potentiel pour la filière", d'après le SNROC. Entretien avec son président, Jean-Louis Vaxelaire.

 

 


Batiactu : Comment s'est portée l'activité de vos adhérents suite à la crise du Covid ?

 

Jean-Louis Vaxelaire : L'année 2020 a été assez compliquée car elle a succédé à une excellente année 2019. Au-delà de l'impact de la crise sanitaire, 2020 a aussi été l'année des élections municipales, et cette échéance a toujours d'importances conséquences en termes de saisonnalité. Cela a encore plus été le cas que d'habitude dans la mesure où les municipales ont cette fois été repoussées, ce qui a décalé d'autant les prises de décisions publiques, sans oublier l'impact du télétravail. Les appels d'offres d'aménagement urbain ne sont finalement sortis qu'au 2e semestre 2020.
Il vous reste 75% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp