STRATÉGIE. S'appuyant sur des résultats 2021 confortables et en progression, le groupe Herige met l'accent sur sa stratégie, à l'heure des bouleversements de l'après-Covid, de la guerre en Ukraine et des retours de boomerang de la mondialisation. Au programme pour l'industriel : développement et croissance bien sûr, mais aussi responsabilité, tant au niveau social qu'environnemental.


Il peut être compliqué pour les entreprises de garder le cap malgré tous les vents contraires qui soufflent depuis deux ans maintenant : pandémie de Covid, perturbations des chaînes d'approvisionnement mondiales, tensions sur les matières premières et les prix, incertitudes économiques et géopolitiques avec le déclenchement de la guerre en Ukraine... Les bouleversements hérités de la crise sanitaire, les retours de boomerang de la mondialisation et le conflit aux portes de l'Europe déstabilisent les entreprises, petites comme grandes, qui n'ont d'autre choix que de s'adapter.

 

 

Chez Herige, on met l'accent sur la stratégie du groupe, qui peut se résumer ainsi : développement et croissance bien sûr, mais aussi responsabilité, tant au niveau social qu'environnemental. L'entreprise familiale née en Vendée, qui compte trois activités principales - négoce de matériaux, production de béton et menuiserie industrielle -, compte sur ses valeurs pour faire la différence : de l'ambition et de l'exigence évidemment, de l'humilité pour prendre du recul par rapport aux évènements, et de la bienveillance envers ses salariés comme ses parties prenantes. "Le Covid a fait ressortir le besoin de donner du sens à ce que l'on fait", estime Benoît Hennaut, président du directoire du groupe Herige.

 

Pour ce faire, l'industriel peut s'appuyer sur des résultats 2021 confortables et en progression. La branche négoce (1.100 employés répartis dans environ 70 agences) a réalisé plus de 393 millions d'euros de chiffre d'affaires (CA), tandis que la menuiserie a dégagé un CA de 165,7 M€, avec ses 900 collaborateurs et sa dizaine de sites de production. Quant à la branche béton, le CA 2021 s'est élevé à 128 M€, reposant sur 300 salariés, 36 centrales à béton, une usine de préfabrication et une plateforme de revalorisation.

 

"Le béton est une activité que nous sommes complètement en train de transformer du fait de son impact carbone. Nous nous sommes donc lancés dans une adaptation de nos produits et dans une démarche de revalorisation/recyclage", explique Benoît Hennaut. Au global, Herige a donc réalisé un CA de 712 M€ l'année dernière. Un exercice qualifié de "formidable" par le responsable, qui souligne d'ailleurs que son groupe a traversé "autant de turbulences pour un résultat finalement exceptionnel".

 

Un futur croisement des marchés ?

 

La situation est toutefois loin d'être totalement positive.
Il vous reste 67% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter

Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp