L'architecte Pierre Gourvennec, amoureux du bois, a réalisé la rénovation d'un studio parisien en rez-de-chaussée. Particularité du projet : avec son confrère Léopold Mazoyer, il a dessiné puis construit l'ensemble des agencements en panneaux de contreplaqué pin afin de tenir le budget. Explications avec l'intéressé.

C'était un typique studio parisien du 20e arrondissement, en rez-de-chaussée et donc pas très lumineux, qui en plus souffrait d'importants problèmes d'humidité. Le propriétaire souhaitait le rénover et lui apporter le confort qui lui faisait défaut. L'architecte Pierre Gourvennec a donc été appelé au secours. "Le budget était de 25.000 euros pour une rénovation complète", nous explique-t-il. Le maître d'œuvre a donc réfléchi aux matériaux employés et a même mis la main à la pâte.

 

"Il n'y a pas eu de gros travaux : une cloison déposée et remontée quelques centimètres plus loin avec une porte à galandage ; la pose d'une VMC pour résoudre le problème d'humidité ; la rénovation de la salle de bains où les sanitaires et le carrelage ont été refaits…", précise Pierre Gourvennec. Le principal chantier, qui a duré deux mois, a été réalisé dans la pièce principale. "Deux blocs fonctionnels fixes définissent le couchage et la cuisine. A côté, nous avons ménagé un espace libre de 2 mètres. Ce qui donne une sorte de semi-meublé", s'amuse-t-il. Les murs, dont celui du fond en pierres de taille, ont été traités à la chaux : d'une part, pour résoudre le problème récurrent d'humidité et de remontées capillaires, et, d'autre part, pour éclaircir le volume de la pièce.

 

Découvrez la rénovation en images dans les pages suivantes.

actionclactionfp

Des matériaux clairs et peu onéreux

Studio egoïne
Studio egoïne © François Leguen
"Au sol, nous avons posé du bambou massif laqué blanc. Là encore, le matériau n'était pas cher non plus, à environ 20 €/m², et il était clair", poursuit l'architecte. Pour les agencements, ce sont des panneaux de contreplaqué pin maritime CTBX, d'ordinaire utilisés en extérieur, qui ont été choisis, "toujours pour des questions de coût". Le maître d'œuvre nous dévoile : "Avec mon collègue Léopold Mazoyer, nous achetions les panneaux de 2,5 x 1,25 mètre et nous les redécoupions sur place, ce qui était facile puisque le chantier était au rez-de-chaussée. Ce qui nous a permis d'économiser un peu par rapport à des travaux de découpe en scierie".

Mobilier sur-mesure

Studio egoïne
Studio egoïne © François Leguen
Les deux architectes, diplômés de l'ENSA Paris-Malaquais, n'en sont pas à leur coup d'essai. Ensemble, ils ont créé la société Egoïne (comme la scie), spécialisée dans le mobilier sur-mesure en bois. Ils expliquent maîtriser ainsi le dessin jusqu'à la réalisation des meubles, en intégrant des connaissances théoriques de l'architecture et le savoir-faire pratique de l'artisan. Les deux partenaires ont le souci du détail : dans le cas du studio de Ménilmontant, Pierre Gourvennec explique avoir joué sur l'esthétique du contreplaqué en laissant les chants apparents. "D'autant que l'appartement donne sur une petit cour où un cabanon a également été réalisé en CTBX", nous confie-t-il. Les assemblages sont tourillonnés-collés, sans aucune vis.

Des espaces et usages bien définis

Studio égoïne
Studio égoïne © égoïne
L'espace ainsi modelé donne les clés de son usage : espace de nuit, espace cuisine, salle de bains séparée. Cette dernière est cependant reliée à la pièce principale par des étagères filantes en pin qui constituent un rappel. Plus lumineux et confortable, le studio rénové tient ses promesses et… son budget. Seul regret de l'architecte : le traitement à la chaux qui laisse des murs légèrement poussiéreux et qui mériteraient un verni protecteur.

Fiche technique :

Studio égoïne
Studio égoïne © égoïne
Projet : rénovation d'un studio de 25 m²
Localisation : Ménilmontant (Paris, 20e)
Surface : 25 m²
Architecte : Pierre Gourvennec
Entreprise générale : SL Bâti
Mobilier : égoïne (Gourvennec et Mazoyer)
Matériaux : chaux, bambou massif blanc, contreplaqué pin CTBX, acier brut verni
Budget : 25 k€
Calendrier : 2 mois de chantier au printemps 2015

Coin cuisine

Studio egoïne
Studio egoïne © François Leguen
Le coin cuisine, fonctionnel est séparé de l'espace couchage par le meuble de 2 mètres de haut, sur la droite. Les étagères filantes se poursuivent jusque dans la salle de bains, sur la gauche.

 

Le comptoir a été réalisé en acier noir brut.

Espace couchage

Studio egoïne
Studio egoïne © François Leguen
De l'autre côté du meuble de séparation, l'espace couchage est défini par un mobilier fixe avec étagères et lit intégré.

Plante verte

Studio egoïne
Studio egoïne © François Leguen
Ce n'est pas un joli nénufar, mais la touche de vert est tout de même appréciable.

Matériaux bruts

Studio égoïne
Studio égoïne © François Leguen
Les matériaux donnent un aspect brut, qu'il s'agisse du contreplaqué non traité, des murs recouverts de chaux, ou du comptoir en acier.

Cabanon au fond de la cour

studio égoïne
studio égoïne © Pierre Gourvennec
Sa cabane au fond... de la cour intérieure, est également réalisée en CTBX, un contreplaqué de pin maritime traité pour l'extérieur.