Avec pour objectif ambitieux de construire 150.000 logement sociaux par an et l'obtention de 120.000 agréments par an d'ici à 2015, le président de l'Union sociale pour l'habitat (USH) a rappelé qu'à moins d'un mois des échéances électorales, les maires et président d'EPCI ont un rôle précieux à jouer.

Alors que le premier tour des élections municipales avance à grand pas, Jean-Louis Dumont, président du mouvement HLM, a livré ce mercredi 5 mars, ses attentes à l'égard des élus. "Pour les maires, élaborer une politique du logement, c'est construire l'avenir de leur ville, indique le président de l'USH. Le logement l'un des premiers sujets de préoccupation pour les citoyens joue comme un révélateur du dynamisme de leur commune. Les élus sont donc particulièrement sensibles à l'accès du logement abordable, pour les plus démunis comme pour les classes moyennes."

 

Favoriser le logement social
Les futurs maires élus dans moins d'un mois disposeront de multiples leviers d'action pour favoriser le logement social, avance l'USH. "Au final, nous attendons d'eux qu'ils s'engagent dans des travaux d'efficacité énergétique des logements existants, qu'ils nous aident à améliorer la qualité de vie et la citoyenneté dans les ensembles HLM, qu'ils travaillent de concert avec nous sur les opérations de renouvellement urbain", nous explique Jean-Louis Dumont.

 

L'attribution des permis de construire fait également partie de leur prérogative et témoignent de "leur capacité à fabriquer des documents d'urbanisme qui flèchent les terrains constructibles ou non, et les terrains à libérer en faveur du logement."

 

L'USH a souligné l'importance d'agir sur le foncier. "Il existe aujourd'hui des terrains militaires candidats à une acquisition, même s'ils nécessitent des travaux de dépollution", a signalé le président de l'USH. C'est pourquoi d'après Jean-Louis Dumont, le rôle de l'intercommunalité est précieuse pour agir sur le foncier. "Je suis pour un PLUI accepté dans un dialogue constant",estime-t-il.

 

Une augmentation d'agréments à confirmer cette année
Enfin, le président du mouvement HLM s'est réjoui des chiffres enregistrés l'année dernière : "Cette augmentation de la production d'agréments demeure à confirmer cette année. C'est un bon signe. En effet, 117.000 agréments ont été obtenus en 2013 pour la production de nouveaux logements sociaux (hors DOM et ANRU), en augmentation par rapport aux 103.000 agréments de 2012."
L'objectif reste clair à l'USH : obtenir 120.000 agréments par an d'ici à 2015 pour les seuls organismes HLM (hors SEM et autres opérateurs).

 

En complément, l'objectif ambitieux du Gouvernement de construire 150.000 logement sociaux par an "ne peut pas se faire" sans cibler les populations qui en ont le plus besoin. Jean-Louis Dumont insiste aussi sur la priorité à donner à la construction d'habitations pour les ménages aux faibles revenus, qui représentent une part significative des demandeurs.

 

Le logement social, un outil de pilotage pour les maires, d'après une étude TNS Sofrès
Sur la perception et les attentes des projets des candidats et des maires en matière de logement, l'USH a justement commandé ces mois-ci (Ndlr : du 2 décembre au 10 janvier 2014) une enquête auprès de l'institut TNS Sofrès pour mieux sonder 120 maires sortants et 80 candidats d'opposition. "Il en ressort que le logement social (68%) est évoqué systématiquement par les candidats et les élus comme un des principaux outils en leurs mains pour agir en matière de logement", commente l'USH.

 

Autres priorités selon les maires : la dispersion des logements HLM au sein de la commune et la mixité au sein du parc, l'adéquation de l'offre et de la demande au sein du parc social existant et l'accession sociale à la propriété. Derrière le logement social, c'est toute l'ingénierie des organismes HLM qui est à la fois appréciée et sollicitée…

 

Manque de terrain disponible, coût et complexité des procédures…
Parmi les obstacles identifiés à la construction de logements sociaux, 50 % des élus interrogés évoquent le manque de terrain disponible alors que 35 % d'entre eux l'expliquent par le coût de construction des logements et enfin 25 % par la complexité des procédures administratives, et notamment 34 % dans les communes de moins de 10.000 habitants.

 

Enfin, d'après cette enquête, les maires souhaiteraient notamment une "information homogène, actualisée et consolidée au niveau de la
commune ou de l'intercommunalité sur l'état du parc social, sur les demandes des locataires Hlm et sur les besoins de logements Hlm."
Un partenariat bien établi entre les maires et organismes Hlm, et le souhait de son renforcement en matière de collecte de l'information, pour piloter plus finement les projets d'aménagement de leur ville sont évoqués.

actionclactionfp