Alors que l'intérim reprend des couleurs dans l'ensemble des secteurs, seul le BTP fait encore pâle figure, en enregistrant sur l'ensemble de l'année 2015 une nouvelle baisse de 6,4 %. Les professionnels du secteur l'expliquent notamment par les baisses des dotations de l'État aux collectivités locales, par les élections municipales et par la forte concurrence des travailleurs détachés.

Alors que l'emploi intérimaire dans le BTP reprenait des couleurs en fin d'année en progressant de 4,9 % au mois d'octobre 2015 par rapport à octobre 2014, le secteur repart à la baisse en enregistrant - 6,4 % en 2015, signalent ce mercredi 27 janvier 2016, les chiffres de Prism'Emploi.

 

L'organisation professionnelle des agences intérimaires est formelle dans son communiqué : "Tous les secteurs ont contribué au développement de l'emploi intérimaire en 2015, à l'exception du BTP." Au cours de l'année 2015, l'emploi intérimaire a, en effet, progressé de 4,4 % en correspondant à la création d'environ 25.000 emplois équivalent temps plein, ajoute-t-elle, malgré le ralentissement observé en novembre 2015, en partie lié aux attentats du 13 novembre à Paris.

 

Les professionnels du secteur de l'intérim expliquent notamment ce nouveau recul du BTP par "les baisses des dotations de l'État aux collectivités locales, par les élections municipales et par la très forte concurrence des travailleurs détachés."

Vers un recul des ouvriers qualifiés

Par ailleurs, les employés enregistrent la plus forte hausse (+9,0 %). Même constat pour les cadres et professions intermédiaires (+7,2 %) et les ouvriers non qualifiés (+6,5 %) qui voient également leurs effectifs croître. Toutefois, les ouvriers qualifiés reculent quant à eux de 1,0 %. Enfin, les régions enregistrent une progression des effectifs intérimaires à l'exception de la Picardie (-0,3 %) et du Poitou-Charentes (-1,3 %).

 

actionclactionfp