STRATEGIE. Lutte contre le changement climatique, féminisation des métiers, innovation, sensibilisation à la profession... la fédération Syntec-Ingénierie a présenté ses voeux en ce mois de janvier 2020, en indiquant les principaux axes sur lesquels elle souhaite travailler.

Ce 27 janvier 2020, le président de la fédération Syntec-Ingénierie, Pierre Verzat, a présenté les voeux mais également la feuille de route de la profession pour la nouvelle année. Avec un chiffre d'affaires de 47,5 milliards d'euros (en croissance de 3 à 4% par an depuis 2015) et 312.000 collaborateurs, les métiers de l'ingénierie ambitionnent effectivement de prendre le virage de certains sujets d'actualité, au premier rang desquels figure la lutte contre le changement climatique. C'est donc en 2020 que Syntec devrait mettre en oeuvre la Charte de l'ingénierie pour le climat, un document initié en octobre 2019 et qui totalise actuellement 51 entreprises signataires, soit 47.000 salariés. 90% de ces structures ont pris l'engagement de réaliser un bilan carbone de leur activité d'ici la fin de l'année, et plus de la moitié d'entre elles ont décidé de proscrire l'utilisation du plastique à usage unique. Ensuite, les ingénieurs veulent aussi s'emparer de la féminisation des métiers : avec seulement 41% de collaborateurs qui sont des femmes, la fédération compte renforcer sa mobilisation, notamment en participant activement au projet de loi pour l'égalité entre les femmes et les hommes qui devrait être présenté au printemps 2020.

 

Syntec souhaite également s'inscrire en faveur du développement durable, en utilisant son expertise pour proposer des solutions : ainsi, une commission dédiée sera créée au sein de la fédération, de même qu'un Prix de l'ingénierie du futur destiné aux étudiants. "L'essence de l'ingénierie, c'est d'accompagner les grandes transitions : climatique, numérique, énergétique, mais aussi sociétale", a déclaré à cette occasion Pierre Verzat. "Notre mission, c'est d'apporter un concentré d'intelligence pour impulser les nouveaux projets qui redessinent nos modes de vie. Il est clair que la lutte contre le changement climatique ne pourra se faire sans la contribution de nos entreprises et c'est pourquoi nous voulons collectivement intensifier nos actions dans ce domaine. 2020 doit également être l'année de la féminisation de la profession : avec seulement un tiers de femmes dans nos métiers, nous ne pouvons plus nous passer de la moitié des cerveaux disponibles en France !" En effet, le secteur affirme être confronté à "un sous-effectif structurel majeur", de l'ordre de 2 à 4%, qui "freine les entreprises dans leur développement et engendre un manque à gagner de 500 millions à un milliard d'euros par an".

actionclactionfp