Cette semaine, le Laboratoire central de la préfecture de police (LCPP) a organisé des feux en grandeur réelle dans un bâtiment d'habitation voué à la démolition d'ici à quelques semaines. Un événement quasi unique à l'échelle internationale, que nous avons suivi jeudi, avec la mise à feu d'une chambre d'hôtel reconstituée. Images.

Des essais de feu grandeur réelle ! Le programme était alléchant… pour preuve, le nombre de personnes qui s'étaient déplacées ce jeudi matin pour assister à l'incendie volontaire d'une chambre d'hôtel reconstituée dans un immeuble en déconstruction - sous le contrôle du groupe d'ingénierie Iosis - du quartier de la Vache Noire à Arcueil (94).
Organisés dans le cadre du Projet National pour l'ingénierie de la Sécurité Incendie (PNISI), ces essais de feu à échelle réelle avaient pour principal objectif d'améliorer les connaissances de base et faire évoluer la réglementation préventive de sécurité incendie. Préoccupation majeure tant dans les immeubles d'habitation, notamment anciens, que dans les établissements recevant du public (ERP) - et surtout ceux qui disposent de locaux à sommeil comme les hôtels, les hôpitaux ou les maisons de retraite - ou encore dans les immeubles de grande hauteur, cette réglementation était jusqu'à présent coûteuse et pas forcément la plus adaptée à l'objectif de la protection la plus efficiente…

La modélisation, enjeu majeur

Ajoutons à cela l'évolution des techniques, des matériaux et des conceptions architecturales, qui conduisent naturellement à adapter des démarches différentes, proches de celles que l'on applique dans l'industrie. « L'idée de cet incendie, c'est d'obtenir le maximum de données sur l'évaluation d'un incendie réel et d'arriver à une modélisation de l'événement », précise Robert Delorme, du Laboratoire Central de la Préfecture de Police (LCPP), maître d'œuvre de ces expérimentations. Si la modélisation est déjà utilisée dans d'autres secteurs, elle est désormais employée pour comprendre l'évolution d'un sinistre. Il s'agit donc de disposer de modèles de feu vérifiés et validés qui permettent de prédire correctement le développement des incendies. C'est aussi pour cette raison que les 3 configurations de tests réalisés cette semaine (chambre d'hôtel et couloir, appartement et cage d'escalier) ont été programmées à trois reprises.

 

Concrètement, l'incendie s'est déroulé de la manière suivante : le lieu était un appartement transformé en chambre d'hôtel, avec l'équipement propre à un ERP ; la mise à feu - grâce à l'apport de nombreuses cagettes en bois et de contreplaqués recouvrant les murs -a eu lieu à un instant T0 ; l'intervention des pompiers à T+20, soit 20 minutes après le déclenchement du feu. Au final, ce jeudi, pas de flash-over ou de « back draft » spectaculaire, soit ni flammes ni vitres qui explosent, « ce qui n'enlève rien à la qualité des mesures mathématiques et techniques que nous pourrons faire à l'issue de ce test », a insisté Robert Delorme.

actionclactionfp

L'immeuble en déconstruction du quartier de la Vache Noire

incendie
incendie © CL
L'immeuble, situé dans le quartier de la Vache Noire à Arcueil (94), est en déconstruction, sous l'oeil de la société d'ingénierie IOSIS. Il devrait être entièrement détruit à partir du 16 mars prochain. a cette occasion, une immense grue équipée d'une pince de près de 7 tonnes, sera érigée pour débuter la destruction. Les matériaux comme le béton seront recyclés. Pour le moment, le sort des briques qui composent la façade n'a pas été décidé.

Le lieu du test

incendie
incendie © CL
Depuis lundi, deux tests ont déjà été effectués sur un appartement reconverti en chambre d'hôtel. Jeudi, il s'agissait du 3e et dernier essai. L'appartement aux fenêtres avec rideau est en attente de mise à feu.

Quelques minutes après la mise à feu

incendie
incendie © CL
La mise à feu a commencé. Après quelques minutes, on aperçoit de la fumée noire sortir par la colonne d'escalier. C'est l'étape du désenfumage de la circulation dans un hôtel. Une ventilation a été installée dans le couloir, qui va permettre aux autres occupants de l'hôtel de sortir de leur chambre. les fumées se concentrent d'abord en hauteur, ce qui permet, en se baissant, d'évacuer sans être asphixié.

Quelques minutes après la mise à feu

incendie
incendie © CL

Quelques minutes après la mise à feu

incendie
incendie © CL
La fumée noire s'épaissit, signe que l'on est dans une pièce sous-oxygénée.

Vérification de l'évolution du feu

incendie
incendie © CL
Un pompier, en observation à l'étage inférieur, vérifie que tout va bien. A ce moment-là, les fenêtres auraient déjà dû se briser.

Contour de la fenêtre

incendie
incendie © CL
On voit que le contour de la fenêtre commence à se déformer. Celui-ci devrait tomber d'abord, avant que la vitre n'explose.

Les pompiers dans l'attente

incendie
incendie © CL
La brigade des Pompiers de Paris est en alerte, prête à intervenir, dans un délai de 20 minutes après la mise à feu.

La vitre resiste

incendie
incendie © CL
Après plus de 20 minutes, les pompiers sont montés, et un de leur collègue a emprunté la grande échelle pour aller briser les vitres de l'extérieur. Le "flash-over" n'a pas eu lieu.

La deuxième résiste aussi

incendie
incendie © CL
Le pompier brise la seconde vitre.

Le feu est éteint

incendie
incendie © CL
La fumée qui s'achappe par les fenêtres est maintenant blanche. C'est de la vapeur d'eau, signe que les pompiers ont maîtrisé le feu avec de l'eau.

Le centre de contrôle et de mesures

incendie
incendie © CL
C'est ici que les mesures et les contrôles sont effectués.

Etat d'une chambre après l'incendie

incendie
incendie © CL
on a simulé un incendie venant d'un dépôt de journaux sur le radiateur de cette chambre. Résultat édifiant : mieux vaut avoir une table de chevet !

Après l'incendie de ce jour...

incendie
incendie © CL
Après l'extinction du feu de ce jour, voici l'état de la chambre d'hôtel reconstituée. Tout s'est consumé.

Plafond blanc

incendie
incendie © CL
Les plafonds deviennent blancs lorsque le feu a été violent et a littéralement enflammé la pièce. Les suies qui ont été déposées sont à nouveau brûlées et le résultat donne un plafond sans trace.

Cagettes

incendie
incendie © CL
Pour provoquer l'incendie dans l'immeuble, on a utilisé des cagettes en bois, et même recouvert certaines cloisons avec du contreplaqué pour accélérer le feu.