REPRISE. Le Premier ministre Edouard Philippe a présenté le plan de déconfinement qui entrera en vigueur le 11 mai : transports, charges, aides, précautions sanitaires... font partie des mesures qui ont été détaillées. Mais le Gouvernement appelle maintenant le pays à relancer impérativement son activité économique, tout en restant vigilant sur la circulation du virus.

Il était attendu de pied ferme par les Français comme par les chefs d'entreprises : le plan de déconfinement de la population a été présenté ce 7 mai par le chef du Gouvernement, Edouard Philippe, entouré de plusieurs ministres. L'amélioration encourageante de la situation sanitaire face à la pandémie de coronavirus permet de confirmer une amorce de déconfinement à compter du 11 mai prochain, mais l'exécutif reste encore particulièrement prudent et appelle nos concitoyens à la plus grande vigilance sur une circulation encore avérée du virus sur le sol national. Voici donc, en détail, les principales mesures annoncées par le Gouvernement à destination des entreprises et des salariés.

 

"Le télétravail, pour tous ceux qui le peuvent, restera la règle"

 

Concernant les transports tout d'abord, la ministre de la Transition écologique a appelé les usagers au respect scrupuleux des gestes barrières "Le télétravail, pour tous ceux qui le peuvent, restera la règle", a par ailleurs confirmé Elisabeth Borne. "Il est demandé aux employeurs d'étaler les horaires d'arrivée et de départ des salariés pour éviter l'affluence aux heures de pointe." En Île-de-France, une charte spécifique a d'ailleurs été adoptée par les collectivités territoriales et les autorités organisatrices de transports pour encadrer ces règles. A la demande de la présidente de la région, Valérie Pécresse, "l'accès aux transports en communs en Île-de-France sera donc réservé aux heures de pointe aux personnes détenant une attestation de leur employeur ou ayant un motif impérieux pour se déplacer", a précisé la ministre. Le port du masque sera en outre obligatoire dans les réseaux de transports collectifs, et son non-respect entraînera une amende de 135€.

 

 

"Nous voulons également limiter au maximum le trafic automobile et les risques de bouchons qui pourraient générer des pics de pollution et des blocages des axes routiers. Le covoiturage et les mobilités alternatives à la voiture sont donc encouragées", a ajouté Elisabeth Borne. Les déplacements seront néanmoins limités à 100 kilomètres "à vol d'oiseau" du domicile, mais uniquement en cas de passage d'un département à l'autre ; autrement dit, il sera tout à fait possible de dépasser les 100 kilomètres si l'on reste au sein du même département.

 

Le fonds de solidarité sera maintenu pour "tous les bénéficiaires jusqu'à la fin du mois de mai"

 

Bruno Le Maire a pour sa part estimé que "beaucoup de croissance" et "beaucoup d'emplois" ont été perdus "au cours des trois derniers mois", et appelle en conséquence à la reprise : "Nous devons donc relancer l'activité économique, et la relancer dans des conditions de sécurité sanitaire maximales pour les salariés. Mais l'économie française doit redémarrer", a insisté le locataire de Bercy. C'est pourquoi tous les commerces fermés depuis le 15 mars rouvriront leurs portes à partir de lundi prochain, exception faite des cafés et restaurants. "Ce sont 400.000 entreprises qui vont rouvrir, des entreprises qui représentent 875.000 emplois", a expliqué le ministre de l'Economie. "S'agissant des secteurs qui tournaient au ralenti, il faut évidemment profiter de ce 11 mai pour relancer aussi et accélérer la reprise d'activité." Et de citer l'exemple du secteur de la construction, dont l'activité a été arrêtée à hauteur de 80 à 90% : "Nous pouvons par exemple nous fixer comme objectif pour le secteur des travaux publics une quasi-reprise complète d'activité d'ici la fin du mois".

 

Bruno Le Maire a aussi voulu rassurer sur le soutien de l'Etat qui va se poursuivre au-delà du 11 mai, pour les grands groupes comme pour les indépendants : le fonds de solidarité sera ainsi maintenu pour "tous les bénéficiaires jusqu'à la fin du mois de mai", et les charges sociales patronales des mois de mars, avril et mai seront "totalement supprimées pour tous les secteurs qui avaient été contraints à une fermeture administrative". Enfin, le ministre de l'Economie a confirmé que la TVA sera bien à 5,5% sur tous les masques industriels et artisanaux répondant aux normes Afnor. "Je crois que les conditions sont réunies pour que, le 11 mai prochain, l'activité économique redémarre dans notre pays", a souligné Bruno Le Maire. "Nous traversons une situation économique qui est d'une gravité sans précédent dans notre histoire récente", a-t-il toutefois alerté.

 

"Pour réussir ce déconfinement, nous comptons aussi sur la responsabilité de chaque entreprise"

 

Enfin, la ministre du Travail est revenue sur les conditions sanitaires dans lesquelles les salariés peuvent espérer reprendre le chemin du travail à compter de lundi : "La santé des salariés n'a jamais été et ne sera jamais une variable d'ajustement", a déclaré Muriel Pénicaud. Laquelle a renvoyé au "protocole national de déconfinement" publié par le Gouvernement à destination de l'ensemble des entreprises, toutes tailles et tous secteurs d'activité confondus. Jugeant le dialogue social "essentiel" pour faire appliquer au mieux les mesures de sécurité sanitaire, Muriel Pénicaud a rappelé que 54 "guides sectoriels" de bonnes pratiques ont été élaborés avec les partenaires sociaux avant d'être validés par les ministères de la Santé et du Travail. Le nombre de documents devrait grimper "à plus de 60 d'ici dimanche".

 

Mais l'Etat ne peut pas tout : "Pour réussir ce déconfinement, nous comptons aussi sur la responsabilité de chaque entreprise, en particulier pour continuer à recourir au télétravail au maximum de ce qui est possible, et tout particulièrement en Île-de-France où c'est crucial", a prévenu la ministre. "Nous allons à ce titre publier dans les 24 heures un guide concerté avec les partenaires sociaux pour accompagner les entreprises qui jusqu'ici n'étaient pas habituées au télétravail, et qui n'avaient pas mis en place d'accords, de chartes, et ne savent pas toujours comment organiser le travail." Les entreprises sont enfin invitées à recourir autant que faire se peut aux horaires décalés pour éviter des afflux simultanés de personnes aussi bien dans les transports que sur le lieu de travail. De leur côté, les Centres de formation des apprentis (CFA) auront la possibilité dès lundi de rouvrir leurs portes progressivement, dans le respect évidemment du protocole de déconfinement et dans l'attente là aussi d'un guide de bonnes pratiques dédié.

 

En conclusion, Edouard Philippe a donné rendez-vous fin mai pour un nouveau point sur la situation, tout en insistant sur le fait que le déconfinement s'effectuera dans tous les cas en plusieurs étapes.

actionclactionfp