INTERNATIONAL. Alors que le conflit en Ukraine s'intensifie et que les mesures économiques contre la Russie se font de plus en plus drastiques, comment les industriels de la construction présents sur le territoire russe se positionnent ? Eléments de réponse.


Le conflit en Ukraine se densifie et les mesures économiques prises à l'encontre de la Russie mettent la pression sur les entreprises.

 

Du côté des majors, Bouygues et Vinci, questionnées sur le sujet lors du forum des Travaux publics, qui se tenait ce 24 février 2022 à Paris, assurent que la crise ne devrait pas avoir "d'impact direct" sur leur activité.

 

Chez les énergéticiens, on trouve en première ligne TotalEnergies, actionnaire à hauteur de près de 20% de Novatek, le spécialiste russe du GNL. En effet, suite à l'annonce du britannique BP de vouloir se désengager du pétrolier public russe Rosneft, dont il détient près de 20 %, du norvégien Equinor de ne plus réaliser d'investissements en Russie ou encore du néerlandais
Il vous reste 81% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
PROMO ÉTÉ 2022 - abonnement 12 mois ETENDU jusqu’au 30 SEPTEMBRE 2023
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles de Batiactu
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp