Alors qu'un pan de montagne instable paralyse depuis le 10 avril dernier la vallée de la Romanche, entre l'Isère et les Hautes-Alpes, un tunnel de dérivation sera creusé au-dessus du lac du Chambon, vient d'annoncer le Département de l'Isère. Objectif : contourner la zone du glissement de terrain qui conduit à la fermeture de la route Grenoble-Briançon.

L'actualité bouge toujours au lac du Chambon. Un mois après un nouveau glissement de terrain d'un pan de montagne, d'un volume de 100.000 m³, survenu dans la vallée de la Romanche, entre l'Isère et les Hautes-Alpes, un tunnel de dérivation sera creusé au-dessus du lac du Chambon, a annoncé ce mercredi 2 septembre le Département de l'Isère. Son président, Jean-Pierre Barbier (Les Républicains), l'a fait savoir dans un communiqué : "La réparation du tunnel du Chambon n'est plus d'actualité". Avant de préciser : "Au terme des études techniques, le département de l'Isère a retenu la solution de percement d'un tunnel de dérivation d'une longueur totale de 990 mètres."

 

Après effectivement des études et des forages effectués au cours de cet été plus en profondeur dans la montagne, le Conseil du département de l'Isère a donc choisi l'option du percement d'un autre tunnel.

 

"Il faut surtout éviter les zones de glissement de terrain", Bernard Couturier, consultant en géologie à Grenoble

 

La solution retenue consiste "à s'enfoncer ainsi dans le versant pour s'affranchir de la zone de glissement et met en sécurité cette partie de la RD 1091, tout en permettant le croisement de deux poids lourds", ajoute Jean-Pierre Barbier, dans le même communiqué.

 

De 756 mètres de longueur actuellement, le nouveau grand tunnel du Chambon passera ainsi à 990 mètres. Interrogé par Batiactu, Bernard Couturier, consultant en géologie à Grenoble et membre du Comité technique permanent des barrages et des ouvrages hydrauliques (CTPBOH), nous rappelle ce jeudi 3 septembre l'option d'un nouveau tunnel va dans le bon sens : "Il faut surtout éviter les zones glissées (Ndlr: les zones de glissement de terrain)".

 

Pour un coût de 20 à 25 millions d'euros*, ce nouveau tunnel permettrait d'envisager une réouverture de la RD 1091 pour l'hiver 2016-2017, signale également l'Isère. Avec un financement Département, État et Régions.

 

Par ailleurs, la construction d'une route de secours en rive gauche du lac se poursuit et devrait se terminer fin octobre, selon la même source. Enfin, le Département de l'Isère a renforcé le service de navettes fluviales qui permet actuellement aux habitants de traverser le lac.

 

Un coût qui fait réagir
*Effectivement, lors d'une visite du Premier ministre fin juillet à Mont-de-Lans (Isère), le percement d'un tunnel de dérivation de 200 mètres avait été évoqué pour un coût de 10 à 12 millions d'euros. Et lors de cette même visite, Manuel Valls avait promis le soutien financier de l'État pour la réouverture de la route.

 

Et au final, l'enveloppe budgétaire allouée aux travaux prend désormais ces jours-ci une tournure polémique. L'Isère propose une enveloppe estimé entre 20 et 25 millions d'euros par les services du département. "L'ensemble des mesures prises (...) pour répondre à l'urgence du Chambon se chiffre à près de 30 millions d'euros", précise le Département dans son communiqué en faisant appel "à la solidarité des régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur". Pour l'élu Jean-Pierre Barbier, le financement doit aussi venir des régions dans le cadre du plan Etat/Région.

 

De leur côté, les élus du département voisin, les Hautes-Alpes, le député Joël Giraud (PRG) en tête , réagissent et et estiment que le Département de l'Isère mène "une forme de chantage" pour obtenir l'aide des Régions. Le parlementaire Joël Giraud s'étonne ainsi dans un communiqué des annonces faites, "d'autant qu'elles sont assorties d'une forme de chantage: soit les deux régions (Rhône-Alpes et PACA) payent un tiers du tunnel, soit on ne fait rien". Avant de demander aux "services de l'Etat leur expertise et leur avis sur la stabilisation de la falaise car le choix de la non réhabilitation du tunnel existant mérite d'être très sérieusement motivé." Un sujet effectivement très politisé.

actionclactionfp