ENTRETIEN. Stéphane Quadrio, directeur de l'aménagement de l'Epase (Etablissement public d'aménagement de Saint-Etienne), explique comment la faiblesse du marché immobilier oblige l'établissement à inventer d'autres modèles pour permettre la sortie d'opérations.


Batiactu : Vous annoncez un investissement de 40 millions d'euros en 2020 : est-ce une accélération par rapport aux années précédentes ?

 

Stéphane Quadrio : 40 millions d'euros, c'est dans la fourchette haute de nos opérations d'investissements annuels. Mais le mot accélération laisserait supposer qu'on va être dans une croissance continue. Or nous sommes entrés dans une phase de négociation des prochaines contractualisations financières avec les partenaires donc on ne sait pas ce que seront nos capacités pour 2022-2028. Pour le Contrat de plan Etat-région 2015-2020, cette année est la plus grosse année. En tous cas ça aurait dû l'être...

 

Justement, quelles conséquences le confinement aura-t-il pour l'EPA ?

 

S. Q. : Nous n'aurons à déplorer que des décalages dans le temps, et éventuellement des coûts supplémentaires sur les chantiers, mais pas de remise en question d'opérations engagées. Nous avons arrêté nos chantiers par précaution dès le 16 mars, avant le confinement officiel. Aujourd'hui l'ensemble des opérations en maîtrise d'ouvrage propre a repris. Et 80% des chantiers indirectement générés par l'EPA ont également repris ; je parle ici des promoteurs à qui nous avons vendu des terrains). Mais le rythme, bien sûr, est différent, en application des mesures sanitaires, notamment le fait d'éviter la co-activité.
Il vous reste 71% à découvrir.
Ce contenu est réservé aux abonnés
Déja abonné ? Se connecter
Abonnez-vous maintenant pour le lire dans son intégralité
Et bénéficiez aussi :
D’un accès illimité à tous les articles Batiactu+
D’une lecture sans publicité
De toutes les interviews et analyses exclusives de la rédaction
actionclactionfp