Malgré la fusion entre Siemens et Gamesa, qui a entraîné la sortie d'Areva du monde de l'éolien, il est bien prévu que deux usines spécifiques soient construites au Havre, afin d'alimenter trois parcs offshore au Tréport, à Noirmoutier et Saint-Brieuc. Seul le modèle de machine produit changera. Explications.

Adieu la turbine Adwen AD8, bienvenue à la Siemens D8. La puissance ne change pas, 8 MW, ce qui implique que le nombre ou l'espacement des machines restera le même en mer. Car la société Adwen, autrefois co-entreprise d'Areva et Gamesa, a changé de mains depuis la fusion de l'espagnol avec le géant allemand Siemens, et le retrait forcé d'Areva. Afin de rationaliser sa production, le nouveau groupe Siemens Gamesa Renewable Energy, désormais détenteur à 100 % d'Adwen, a donc choisi de se concentrer sur le modèle développé en Allemagne et d'interrompre la fabrication du modèle AD8. Une substitution qui n'aura pas d'impact sur les parcs éoliens offshore français : l'Etat a d'ailleurs autorisé le changement de technologie pour les futures fermes éoliennes des îles d'Yeu-Noirmoutier (Vendée) et de Dieppe-Le Tréport (Seine-Maritime). Ce changement de plateforme technologique a également été signifié pour le projet de la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) "et se trouve toujours en phase d'approbation", précise l'industriel.

 

Le plan se poursuivra comme prévu

 

Siemens Gamesa confirme que cette évolution de l'AD8 vers la D8 n'aura pas non plus d'effet sur l'intention d'Adwen de construire une usine de nacelles et une usine de pales au Havre (Seine-Maritime). Une bonne nouvelle pour l'agglomération qui s'inquiétait d'un éventuel abandon de ces projets qui devraient permettre de créer 750 emplois au minimum. Michael Hannibal, le directeur général de la division offshore de Siemens Gamesa déclare : "Cette décision est une étape cruciale dans l'avancée du secteur éolien en mer français. Siemens Gamesa fournira la plateforme d'éolienne en mer la plus populaire, et apportera son expérience sans équivalent dans la réalisation de projets éoliens en mer. Je suis convaincu que cette initiative contribuera à l'expansion du secteur et je suis heureux de constater que toutes les parties en présence, y compris nos clients et l'Etat français, reconnaissent les bénéfices pour l'emploi de la D8 dans ce projet". Aucune date n'a cependant été précisée sur la construction et l'entrée en service des unités de production havraises.

 

La turbine choisie, à entraînement direct, se base sur d'autres modèles existants qui jouissent d'un vaste retour d'expérience. Plus de 200 exemplaires de ces machines de la catégorie de puissance des 6-8 MW ont déjà été installés et mis en service à ce jour dans le monde. L'entreprise précise que la production d'une seule D8 permet d'approvisionner "environ 8.000 foyers européens" en électricité. Les parcs combinés du Tréport et de Noirmoutier devraient donc couvrir la consommation annuelle électrique de près d'un million de foyers. A l'horizon de 2023, l'ensemble des fermes éoliennes offshore prévues pourraient alimenter 3,5 millions de ménages.

actionclactionfp