Le riche émirat va construire, d'ici à 2030, une centrale solaire à concentration d'une puissance inégalée de 1 GW. La première tranche de 200 MW, qui devrait être achevée dans les cinq ans, sera déjà deux fois plus puissante que Shams-1, inaugurée en 2013 à Abou Dhabi.

A Dubaï, on n'a pas de pétrole mais on a des idées. Et du soleil. L'émirat a annoncé la construction de la première phase d'une centrale solaire à concentration géante de 200 MW, d'ici à 2021. Saïd Mohamed al-Taher, président de l'autorité de l'eau et de l'électricité dubaïote (Dewa), précise : "L'objectif est d'atteindre 1.000 MW en 2030. Ce sera le plus grand projet de centrale solaire à concentration du monde". En mars 2013, l'émirat d'Abou Dhabi voisin, avait inauguré la centrale thermodynamique Shams-1, d'une puissance de 100 MW.

 

La concentration solaire est-elle vraiment adaptée au désert ?

 

Le principe de cette technologie est de concentrer les rayons solaires, au moyen de grands miroirs concaves, vers un point focal situé sur un réseau de tuyaux. Là, un fluide caloporteur, constitué de sels fondus, est porté à plus de 500 °C, ce qui permet de produire de la vapeur dans un circuit secondaire puis de générer de l'électricité. Shams-1, qui avait coûté la bagatelle de 535 M€, est installée dans le désert et étale ses "héliostats" sur une surface équivalente à 285 stades de football. Elle peut alimenter environ 20.000 foyers émiratis en électricité. A titre de comparaison, la centrale européenne à tour Gemasolar, inaugurée en Andalousie en octobre 2011, s'étend sur 185 hectares et développe une puissance de 20 MW. Elle alimente cependant 25.000 foyers espagnols en électricité grâce à ses 110 GWh de production annuelle. La différence de rendement constatée serait liée à la présence de poussière de sable dans l'atmosphère émiratie.

 

En France, le projet Alba Nova 1, porté par Solar Euromed, avait obtenu un permis de construire en 2011 pour s'établir sur la commune corse de Ghisonnacia. D'une puissance de 12 MW, il aurait dû fournir de l'électricité pour 10.000 habitants. Mais le projet connaît des difficultés financières depuis 2015 et semble stoppé.

actionclactionfp