XPAIR. Electricité ou chaleur renouvelable ? Nucléaire ou biogaz ? Géothermie ou éolien ? Les détails de la stratégie française pour l'énergie et le climat, dévoilés par le président de la République et le ministre de la Transition écologique et solidaire, font réagir tous les acteurs du secteur. Tour d'horizon des satisfaits et des déçus de ces annonces.

L'électron est-il le grand vainqueur de la Programmation Pluriannuelle de l'Energie annoncée par Emmanuel Macron et François de Rugy, pour la période 2019-2023 et 2024-2028 ? Le président de la République a martelé vouloir "désintoxiquer" le pays de sa dépendance aux énergies fossiles, qui font de la France un pays soumis aux aléas du marché du pétrole et du gaz, et aux importations de nations étrangères comme l'Arabie saoudite, l'Iran ou la Russie. Le but sera bien de faire sortir l'Hexagone des sources carbonées en 2050 pour que l'ensemble de son bouquet énergétique soit à émissions neutres.

 

L'électricité, ce vecteur décarboné

 

Le président de la République a notamment rappelé : "L'électricité va prendre une place de plus en plus grande à mesure que nous allons cesser d'utiliser du pétrole, du charbon et du gaz naturel", précisant que le mix énergétique serait marqué par "l'essor des énergies renouvelables". Le parc éolien terrestre sera notamment multiplié par trois d'ici à la fin de la prochaine décennie, tandis que la puissance cumulée du solaire sera multipliée par cinq ! Le ministre de la Transition écologique et solidaire ajoute : "A échéance de 10 ans, il y a aura une augmentation assez nette du fait de l'électrification d'un certain nombre de consommations d'énergie, que ce soit dans les transports ou que ce soit aussi dans le chauffage". Une aubaine pour EDF, comme le relève Jean-Bernard Lévy, son président : "Ce projet de PPE fait clairement de l'électricité l'énergie de l'avenir. C'est une excellente nouvelle pour...

 

Découvrez gratuitement la suite de cet article sur XPAir (Batiactu groupe) en suivant ce lien

actionclactionfp