L'année 2016 confirme la reprise de l'activité dans le bâtiment, notamment dans la région du Grand Ouest, amorcée en 2015. L'accroissement de la population attendu dans cette région entraînera des besoins importants en logements et infrastructures. Région par région, découvrez les chiffres de la construction.

Comme au niveau national, la région du Grand Ouest (comprenant la Bretagne, la Basse-Normandie, les Pays de la Loire et le Poitou-Charentes) connaît une reprise de l'activité dans le secteur du bâtiment. Selon une étude commandée par Artibat et les Cellules Economiques Régionales de la Construction des Pays de la Loire (CERC), à l'occasion du salon de la construction du Grand Ouest, les mises en chantier de logements (individuels et collectifs), à fin juin 2016, ont progressé de 9,3% en année glissante. Dans le détail, sur ces mêmes périodes de référence, le logement collectif est en hausse (+10,9% de chantiers), tout comme l'individuel (+8,1%). Et cette tendance devrait se poursuivre. Les autorisations sont en effet en hausse de +16,5% au premier semestre 2016. Les mises en chantier de bâtiments non résidentiels (hors locaux agricoles) progressent également de 7,6%.

 

Selon le baromètre, le secteur de la construction est un acteur majeur du développement économique de cette région du Grand Ouest. Son activité a représenté 18,2 Mds € en 2014 et concerne plus de 220.000 emplois salariés, soit 8,7% des effectifs salariés toutes activités confondues du Grand Ouest. En Basse-Normandie, le poids du secteur de la construction dans l'emploi salarié est même de 9%. A titre de comparaison, sur l'ensemble de la France, il est de 7,7%.

 

Forte hausse des établissements sans salariés

 

Cependant, les dernières années ont été difficiles et les effectifs ont chuté (-3,2% entre 2014 et 2015). Mais, l'étude révèle que l'emploi intérimaire est le premier bénéficiaire de la reprise du secteur. Au 1er trimestre 2016, il a progressé de 6,6% par rapport au même trimestre de l'année précédente. Selon une étude de l'Insee, le nombre d'établissements de construction, entre 2014 et 2015, est en hausse de 6%, marquée par une forte progression des établissements sans salarié (+13%) et des auto-entrepreneurs. L'analyse du CERC des Pays de la Loire note que les entreprises sans salarié représentent une large majorité des entreprises du Grand Ouest (62% des établissements). Elle révèle aussi que le bâtiment représente 90% des entreprises de la construction : 69% pour le second-œuvre, 21% pour le gros œuvre et seulement 9% pour les entreprises de travaux publics.

 

Ces dernières font, d'ailleurs, face à une baisse de leur activité suite au recul de l'investissement des collectivités locales. Si de grands chantiers dans le Grand Ouest avaient permis jusque-là le maintien des effectifs, ils sont désormais en baisse de 4,9% sur l'année 2015. Cependant, au 2e trimestre 2015, les chefs d'entreprises faisaient part d'une opinion relativement positive des perspectives d'activité future, et ce pour la première fois depuis 2012.

 

Un accroissement de la population attendu


Aujourd'hui, le Grand Ouest compte près de 10,2 millions d'habitants, soit près de 16% de la population métropolitaine. Bonne nouvelle pour le secteur de la construction dans la région, les prévisions de l'Insee tablent sur un accroissement de 21% de la population entre les années 2007 et 2040, contre 14% sur l'ensemble du territoire. "Cette attractivité démographique du Grand Ouest entraînera au cours des prochaines années des besoins importants en logements et en infrastructures, auxquels les entreprises locales de la construction devront répondre", estime l'analyse commandée par Artibat.

 

Le bâtiment mobilisé pour la transition énergétique


L'étude note enfin l'engagement des entreprises du Grand Ouest pour obtenir la qualification RGE (Reconnu Garant de l'Environnement). En mai 2016, le Grand Ouest recensait ainsi 13.033 établissements RGE. C'est dans les Pays de la Loire qu'on en dénombre le plus avec 4.819, suit la Bretagne (4.216), puis le Poitou-Charentes (2.054) et la Basse-Normandie (1.944). Les professionnels se forment et montent en compétences sur les questions de la performance énergétique et des énergies renouvelables.

actionclactionfp